Embrayant sur l’objectif gouvernemental de déployer 100.000 nouvelles bornes en France pour 2021, Leclerc dévoile sa propre feuille de route vers 2025.

Equipées chacune de 2 points de recharge pour véhicules électriques et hybrides rechargeables, ce sont 5.000 puis 10.000 colonnes orange de plus qui seront implantées respectivement en 2022 et 2025 sur les parkings de l’enseigne de grande distribution.

« L’Etat a raison de vouloir mobiliser tous les opérateurs pour donner ses chances à la voiture électrique française », commente Michel-Edouard Leclerc, président du comité stratégique des centres E.Leclerc.

Cette démarche d’un signataire de la nouvelle charte édifiée par le ministère des Transports vient compléter le réseau privé, mais ouvert au public sous conditions, lancé en 2011 en partenariat avec Renault.

Publicité


A ce jour, 231 parkings de centres E.Leclerc forment un maillage constitué de 823 points de recharge pour lesquels les formalités et les horaires d’accès dépendent de la direction de chaque établissement. Se brancher sur ce matériel peut être gratuit ou coûter quelques euros sur un crédit spécifique associé à la fameuse carte Leclerc.

A ce stade, l’entreprise ne communique pas sur les caractéristiques de ces infrastructures. Espérons que la recharge rapide sera cette fois-ci prise en compte avec ce nouveau déploiement.

 

Avis de l'auteur

Au-delà du programme lui-même, je tiens à féliciter l’enseigne Leclerc pour son communiqué très clair sur les chiffres, distinguant parfaitement les notions de « bornes de recharge » et « points de recharge ». Trop souvent encore, y compris et surtout dans les annonces en provenance des collectivités, la confusion règne à ce niveau.

Les bornes 22 kW installées aujourd’hui sur les parkings des supermarchés Leclerc ne peuvent cacher le partenariat avec Renault qui leur a servi de socle. A côté de prises de type domestique E/F renforcées, se trouvent des connecteurs de type 2, et encore bien souvent de type 3.

J’avais pris pour habitude de recharger les batteries de mon VE sur le parking du magasin Leclerc près de chez moi. Et ce, afin d’éviter la chauffe de la prise dédiée à cette opération chez moi et profiter d’une puissance de presque 7 kW autorisée par le chargeur embarqué.

J’y suis un peu moins fidèle depuis le confinement, et surtout la mise en place d’une borne rapide dans une zone commerciale à l’autre bout de la ville, mais pas plus loin de chez moi en passant par une autre route. Un phénomène que Leclerc devrait prendre en compte. Pas pour cette seule raison d’ailleurs.

Puisqu’il s’agit de favoriser les déplacements en véhicules électriques, l’enseigne devrait aussi penser à ceux qui sont de passage lors d’une longue route et qui choisiront les sites les plus intéressants en fonction de 2 paramètres : temps de recharge et confort aux alentours (restauration, toilettes, zones de shopping, etc.).

Il n’y a pas que des Renault comme voitures électriques en circulation dans l’Hexagone !


Publicité