République française

Après le Club des Voitures Ecologiques, c’est au tour de l’AVERE France, l’une des plus importantes associations liée à la mobilité électrique, d’interpeler les candidats à l’élection présidentielle française sur le soutien qu’ils comptent apporter aux véhicules électriques et hybrides.

L’AVERE France a donc adressé un courrier à l’ensemble des candidats à la présidentielle accompagné d’un document présentant un certain nombre d’argumentaires en faveur de la mobilité électrique et démystifiant un certain nombre d’idées reçues. (document téléchargeable ici).



Voici le contenu du courrier adressé aux candidats :

Objet : Présidentielles 2012 : Votre position sur l’accompagnement de la France au développement des Véhicules Électriques et Hybrides

Les véhicules électriques et hybrides rechargeables sont devenus une réalité industrielle mondiale. Ils ne sont pas un phénomène de mode, mais une cruciale nécessité écologique, sociétale et économique.

Diminuer notre dépendance au pétrole et améliorer la qualité de l’air est fondamental.
De nombreux acteurs internationaux ont déjà pris le virage depuis l’électrochoc qu’a représenté le passage de la barre symbolique des 100 $ le baril à l’été 2008.

Dans l’ère de pétrole cher où nous sommes aujourd’hui, la mobilité électrique est particulièrement pertinente, avec un coût d’utilisation à moins de 2€ les 100 km, sans émission de gaz à effet de serre et sans émission de pollutions locales préjudiciables à la santé.

Les véhicules électriques et hybrides sont en outre concomitants d’une formidable mutation de nos paradigmes de mobilité, vers moins de possession et davantage de services, illustrée par exemple par l’émergence de nombreux systèmes d’autopartage dans l’hexagone et partout dans le monde.

La France a un rôle majeur à jouer dans ce domaine technologique nouveau qui transforme les modèles économiques. De nombreux acteurs économiques et industriels, créateurs d’emplois, sont déjà entrés en scène, constructeurs de véhicules, fabricants de batteries, fournisseur d’infrastructures de charge ou de services de mobilité.

Néanmoins, comme tout marché en phase de démarrage, le rôle des pouvoirs publics est déterminant pour favoriser et accompagner son déploiement.

En tant qu’association professionnelle pour le développement de la mobilité électrique, l’Avere-France rassemble l’essentiel des acteurs de la filière des véhicules électriques et hybrides, et communique régulièrement auprès des entreprises et des collectivités territoriales sur ces questions.

Ces dernières sont en attente des politiques qui seront mises en œuvre pour soutenir cette filière et faciliter l’acquisition de ces véhicules.



C’est la raison pour laquelle il nous semble particulièrement opportun de connaître et diffuser votre position dans ce domaine, en général sur la mobilité électrique, et en particulier sur les sujets suivants :

    • Aides financières à l’achat (quelque soit la forme d’aide : subvention, crédit d’impôt…)
    • Aide à l’acquisition des infrastructures de charge par les collectivités ou par les citoyens
    • Incitations autres que financières : facilitation de la mobilité électrique dans les centre-ville (stationnement exonéré ou à tarif préférentiel, circulation dans les couloirs de bus, péages urbains…)
    • Soutien à la filière de R&D sur la recharge (induction, autoroutes magnétiques …)
    • Position française quant au type de prise proposé par des instances européennes
    • Soutien de la filière française des batteries
    • Soutien à la filière hydrogène
    • Soutien à la quinzaine de constructeurs indépendants français (fabricants de véhicules électriques légers) par exemple par le Fonds Stratégique d’Investissement

Vous trouverez ci-joint un dossier rassemblant quelques argumentaires et éléments de langage synthétiques sur la mobilité électrique. En vous remerciant par avance de l’intérêt que vous apporterez à cette demande, et dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer l’expression de ma haute considération.

Philippe Aussourd
Président

En tant que rédacteur en chef d’Automobile Propre, je m’associe à cette demande et j’espère que les candidats donneront suite en faisant part de leur position sur ce thème qui me semble important pour l’avenir de la France. Nous publierons sur ce blog, si l’autorisation nous en est donnée, les réponses de chaque candidat.