La nouvelle entité de Renault dédiée à l’électrique commence à prendre forme, en vue d’une introduction en bourse d’ici la fin d’année.

La réorganisation du groupe Renault sous la baguette de Luca de Meo se poursuit. Le Losange vient d’annoncer la création de l’équipe dirigeante d’Ampere, la filiale qui va rassembler les activités électriques et software du constructeur. Et celle-ci sera dirigée par… Luca de Meo. Il cumulera donc avec son poste de directeur général du groupe.

Une décision actée par le conseil d’administration de Renault. Dans un communiqué, la marque annonce aussi que « deux cadres clés de Renault Group, Josep Maria Recasens et Vincent Piquet, seront respectivement nommés Directeurs des Opérations et Directeur Financier d’Ampere ». L’objectif de Renault est de faire entrer en bourse Ampere d’ici la fin de cette année.

Avec ce projet, la marque souhaite séparer ses activités thermiques et électriques, et ainsi attirer de nouveaux investisseurs qui aideront Renault à financer sa transition vers l’électrique. Les alliés du Losange Nissan et Mitsubishi vont prendre des parts, tout comme Qualcomm, géant des puces électroniques. Renault gardera toutefois la majorité.

À lire aussi Prends garde Tesla, Renault prépare des voitures électriques plus innovantes

Le Losange pense que sa filiale sera vite dans le vert financièrement, car elle est loin de partir de zéro. 80 % des investissements sont déjà réalisés, avec notamment deux plate-formes dédiées à l’électrique, la CMF-BEV pour les modèles urbains et la CMF-EV pour les grands modèles. Ampere vise un bénéfice d’exploitation et un free cash flow à l’équilibre dès 2025, et une marge à deux chiffres en 2030.

Ampere va rassembler 10.000 salariés du groupe, dont un tiers d’ingénieurs et les cols bleus du pôle de production Electricity dans le nord du pays, avec une capacité initiale de 400.000 véhicules produits par an et l’objectif d’atteindre un million.

Les modèles électriques de la marque seront ainsi rattachés à Ampere, mais ils garderont un Losange dans la calandre. Après la Megane, Renault enchaînera en 2024 avec le Scénic et la très attendue R5, puis en 2025 il y aura la 4L moderne.

Les nouveaux financements et partenariats aideront Renault à mettre au point la prochaine génération de modèles électriques. Le constructeur a un objectif ambitieux : une réduction des coûts de 40 % par voiture électrique d’ici 2027. Cela passe par différents leviers, comme une baisse de 30 % de la diversité des pièces ou une optimisation de la chaîne d’assemblage, avec la volonté de produire un véhicule en moins de 10 heures. Renault annonce aussi sa volonté d’étudier de nouvelles technos de batterie, de la moins onéreuse ion sodium à la révolution promise du solide.

Un « capital market day » sera organisé au second semestre pour en dire plus sur Ampere.