Spécialisé dans les services informatiques et numériques à destination des professionnels, Tibco vient de donner un lourd coup d’accélérateur sur les véhicules électriques. Directeur des achats, Vincent Deniaud nous explique la démarche.

140 VE sur 800 véhicules

« Chez Tibco, nous disposons d’une flotte nationale de 800 véhicules composée à 90% d’utilitaires. Beaucoup sont à l’origine des voitures particulières sur lesquelles nous faisons supprimer la banquette arrière. Une opération qui impose une modification de la carte grise. Avant de les revendre, ces véhicules sont remis en configuration 5 places », explique Vincent Deniaud.

Publicité


« Nous comptons actuellement 80 Renault ZOE et 40 Peugeot e-208. Certaines de ces voitures électriques sont utilisées par nos commerciaux qui en disposent aussi pour leurs vacances, week-ends et loisirs. Les autres sont à l’usage de nos techniciens et ingénieurs consultants dans le cadre de leurs missions d’aide de proximité. Ils peuvent se servir de ces voitures pour leurs trajets domicile-travail. S’ajoute à ce parc 17 Kia e-Niro pour la direction », chiffre-t-il.

Démarche RSE

Tibco est engagé dans une démarche RSE depuis sa création il y a 35 ans. Elle se caractérise par de véritables réflexions sur des sujets et problématiques de société autours desquels les collaborateurs se réunissent en ateliers. La richesse de cette approche est mise au jour dans une intéressante vidéo d’un peu plus de 14 minutes.

« Nous ne pouvions pas poursuivre cette démarche RSE et continuer à rouler en véhicules diesel. Il y a 3 ans, nous avons voulu essayer dans l’entreprise les voitures électriques. Alors que nous achetons nos véhicules, nous avons exceptionnellement signé des LLD pour les 4 ou 5 premières Renault Zoé », se souvient Vincent Deniaud.

« A l’été 2019, la direction a décidé que nous n’achèterions plus de modèles thermiques pour nos véhicules légers. Lors des renouvellements de la flotte, nous remplaçons systématiquement les diesel par des électriques. Le phénomène connaît une forte accélération, avec 100 VE acquis sur les 12 derniers mois », détaille-t-il.

Recharge

« En parallèle à l’arrivée de ces voitures, nous avons développé le programme Power Tib’s d’accompagnement à la recharge. Il s’agit de mettre à disposition de nos collaborateurs les moyens nécessaires pour faire le plein des batteries. Le siège de Nantes et les agences – 80 points techniques – sont en train d’être équipés de bornes 22 kW NewMotion auxquelles s’ajoutent des prise renforcées Green’Up 3,5 kW », révèle Vincent Deniaud.

« Dans notre appel d’offres préalable, nous avions formulé plusieurs exigences : du matériel fabriqué en France, ou au moins en Europe ; des bornes connectées et intelligentes pilotables à distance pour intervenir très rapidement en cas d’anomalie ; la possibilité de proposer ultérieurement la recharge à des personnes extérieures à l’entreprise grâce à un badge », rapporte-t-il.

« Le déploiement a commencé depuis un peu plus d’un an. Le siège et les 30 agences les plus importantes ont déjà reçu leurs bornes », complète-t-il.

Carte Shell-NewMotion et prises à la maison

« Avec les diesel, nos commerciaux et techniciens disposaient d’une carte Shell pour effectuer le plein de gazole dans les stations-service. C’est toujours le cas avec les électriques, grâce à un partenariat entre Shell et NewMotion qui ouvre l’accès à 24.000 bornes en France lors de déplacements un peu plus lointains », compare Vincent Deniaud.

Publicité


« Comme la moitié des intervenants rentrent dormir chez eux tous les jours, nous fournissons avec la voiture électrique une prise Green’Up à installer au domicile, avec un système de sous-comptage des kilowattheures », souligne-t-il.

TEC, covoiturage, crédits mobilité

La voiture électrique correspond-elle aux besoins de Tibco ? « La question ne s’est pas posée en ces termes dans l’entreprise. En adoptant la voiture électrique, nous avons fait le choix de la cohérence avec notre démarche RSE. Si on veut se déplacer comme on se déplaçait avant, ça ne va pas marcher ! Ce sont les usages que nous avons adaptés. Nos consultants et ingénieurs prennent aussi le bus ou le train et peuvent recourir au covoiturage », répond Vincent Deniaud.

« Pour des déplacements professionnels lointains, difficilement réalisables avec une électrique, nous avons mis en place un pool de voitures thermiques qui se déverrouillent avec un smartphone après réservation », ajoute-t-il.

« Les commerciaux qui disposent normalement de leur voiture professionnelle pour leurs besoins privés dans le cadre d’un avantage en nature reçoivent à l’année un crédit mobilité. Il leur permet de louer une voiture thermique pour partir en vacances ou un week-end, par exemple. Nous ne voulions pas que la voiture électrique soit perçue comme une pénalité ou une punition », justifie-t-il.

Retours négatifs des utilisateurs ?

« Nous n’avons pas reçu un seul retour négatif sur notre programme de conversion de la flotte Tibco à l’électrique. Ce qui ne signifie pas que tout le monde serait pleinement satisfait des VE. Mais que leurs utilisateurs arrivent tous à les exploiter dans le cadre de leurs missions professionnelles », assure Vincent Deniaud.

« Sur les 140 conducteurs concernés, certains ont ronchonné au début. Nous les avons plus particulièrement accompagnés en interne », précise-t-il.

Perception des clients

« Il est pour nous essentiel d’informer nos clients de notre démarche qui est indiquée dans nos documents, comme les réponses aux appels d’offres, par exemple. Faire rouler nos intervenants dans des véhicules électriques permet de tendre vers la neutralité carbone », estime Vincent Deniaud.

« Les voitures électriques sont ainsi intégrées à notre formule de maintenance informatique éco-responsable Colibri qui prévoit aussi chez le client la réparation en interne plutôt que le recours systématique à du matériel neuf en provenance de Chine, l’usage de pièces recyclées de remplacement, et une intervention à J+2 permettant de regrouper les déplacements pour 2 ou 3 entreprises », illustre-t-il.

Vers 2023

« Dans notre trajectoire 2020-2023, nous avons prévu que 60-65% de la flotte complète de Tibco serait électrique en intégrant les utilitaires de type fourgon pour lesquels l’offre n’est pas satisfaisante à ce jour », restitue notre interlocuteur.

« Sans compter ces derniers, le taux de conversion à l’électrique sera de 90% de VE en 2023. Les 10% de modèles thermiques restants sont ceux qui composeront notre pool à exploiter sur réservation pour des interventions éloignées », affine-t-il.

« Les fourgons ne sont pas oubliés. Nous avons écarté les propositions de Renault à cause d’une autonomie trop limitée par rapport à nos besoins. En revanche nous attendons de découvrir les modèles de PSA. Nous devrions commencer les essais avec le Peugeot e-Expert sans doute avant la fin de l’année. S’ils sont concluants, la conversion de cette catégorie de véhicules pourrait commencer dans le courant 2021 », envisage-t-il.

Electricité verte

« Nous avons souscrit à des formules vertes pour la fourniture en électricité. Sur les sites où nous sommes propriétaires, nous avons ouvert un second point de comptage. Sans cela, nous constations des puissances brisées avec plusieurs voitures électriques simultanément en recharge. Au siège, par exemple, nous avons 5 bornes 22 kW. Un seul point de comptage 180 kVA était insuffisant pour tout le site. C’est pourquoi nous avons demandé à Enedis la possibilité d’avoir un point 140 kVA dédié à la recharge des véhicules électriques », développe Vincent Deniaud.

« Nous allons installer sur les parkings de Tibco des ombrières recouvertes de panneaux solaires avec stockage dans des batteries de VE en seconde vie. Comme l’a fait le magasin Gémo de Trignac, près de Saint-Nazaire, dans un projet pilote », avance-t-il.

« L’énergie solaire produite sur place servira de jour à la recharge des voitures, et de nuit pour faire fonctionner les serveurs. Ces derniers resteront comme aujourd’hui couplés avec des groupes électrogènes pour une disponibilité sans faille. Une nécessité en travaillant, comme nous le faisons, avec des établissements bancaires », conclut le responsable des achats de Tibco.

Automobile Propre et moi-même remercions beaucoup Vincent Deniaud pour sa disponibilité et sa fidélité comme lecteur à notre webzine. Nos remerciements également à Jean-Noël Delion – un ancien de la boîte -, qui a proposé le sujet et s’est rendu sur place pour réaliser quelques-unes des photos illustrant la présente interview.

Publicité