La Renault ZOE Next Two autonome

Le constructeur français travaille sur la conduite autonome sur la base d’un prototype de Renault ZOE. Ces travaux vont dans le sens de la vision de Carlos Ghosn qui veut faire de l’Alliance Renault-Nissan un spécialiste dans le domaine.

La voiture autonome sera une réalité d’ici 2020, c’est en tout cas la conviction du PDG de Renault, Carlos Ghosn. Il croit dur comme fer à cette technologie et veut que l’Alliance Renault-Nissan soit en pointe sur le sujet.

Publicité


Nous avions déjà eu l’occasion de voir rouler une Nissan LEAF autonome, c’est tour de Renault de présenter sa technologie. Le prototype ZOE NextTwo ne gère la conduite autonome sous les 30 km/h. L’ambition de Renault est que la ZOE puisse rouler toute seule dans les bouchons.

Il faut dire que technologiquement c’est la situation la plus simple à gérer : la vitesse n’est pas élevée et l’environnement est normalement assez « stable ». La délégation de conduite est encore, à priori, une expérience assez étonnante pour le conducteur.

Le poste de conduite de la Renault Next Two

Renault m’avait proposé de tester la NextTwo mais pour des contraintes de calendrier, je n’ai pas pu m’y rendre. Pourtant, j’aurais adoré faire l’expérience de la conduite autonome !

J’ai pu discuter avec les équipes de Renault lors de l’événement LEWEB à Paris, et il semble qu’il soit assez difficile « psychologiquement » de déléguer la conduite à la voiture. Il y a donc une habitude à prendre, et surtout une confiance à acquérir de la part du conducteur envers la voiture.

Lorsque la ZOE NextTwo est en situation de conduite autonome, le conducteur peut reprendre le contrôle à tout moment en se saisissant du volant, un peu de la même manière que l’on reprend le contrôle avec un régulateur de vitesse.

La Renault ZOE Next Two est une voiture semi-autonome

Voici une vidéo qui présente Carlos Ghosn au volant de la NextTwo :

Publicité


Mais quand la voiture roule de façon autonome, que fait le conducteur ? C’est la question à laquelle veut répondre Renault en équipant la NextTwo d’une connectivité haut-débit et d’une plateforme multimédia compatible avec le système d’exploitation de tous les téléphones.

L’objectif est de proposer toute une gamme de services à bord pour la consultation des emails, la navigation sur Internet, l’information touriste, etc. Un R-Link plus évolué en quelque sorte.

Frederic Mathis, chef de projet innovation chez Renault, a présenté dans le détail le prototype de ce système multimédia à LEWEB. J’ai filmé avec mon iPad, la qualité sonore n’est pas forcément au top, mais ça permet de se faire une idée du principe :

Au final, on voit que Renault avance sur ces développements autour de la voiture autonome, ou au moins de la conduite déléguée. Cette technologie semble prometteuse mais j’espère que Renault va aller un cran plus loin, en ne se cantonnant pas uniquement à la conduite sous 30 km/h, même si c’est celle qui a le plus de chance d’être acceptée prochainement au niveau de la réglementation.

La technologie Renault Next Two

La question que je me pose est de savoir si les ingénieurs de Renault et de Nissan travaillent ensemble ou de façon séparée comme c’était le cas sur le véhicule électrique.

Ce serait dommage de ne pas mutualiser les connaissances et d’arriver à des aberrations comme ce fut le cas avec la voiture électrique et ses standards de recharge différents entre les deux constructeurs…

Mais comme l’expliquait Carlos Ghosn sur l’antenne de BFM il y a quelques jours, il n’est pas évident de faire travailler les deux entreprises ensemble…

Publicité