prises-voiture-electrique-renault-nissan

Carlos Ghosn l’avait annoncé en 2010 : l’Alliance Renault-Nissan investirait 4 milliard d’euros pour devenir leader dans la voiture électrique. Une somme colossale qui a conduit à une erreur majeure…

Cette erreur, à mes yeux, ça n’est pas de se tourner vers la voiture électrique. Si le pari du 100% électrique est audacieux voire risqué, je suis persuadé que dans la durée cette stratégie portera ses fruits, quitte à mettre un peu d’eau dans son vin en allant vers l’hybride rechargeable pour quelques véhicules.



Non, l’erreur que je n’arrive toujours pas à comprendre c’est celle des types de prises. Imaginez-vous que vous êtes Carlos Ghosn, patron de l’Alliance Renault-Nissan : vous mettez 4 milliards d’euros sur la table pour développer le véhicule électrique et devenir leader sur le marché. Vous allez le faire sur deux marques : Renault pour l’Europe, Nissan pour l’Europe, les USA et le Japon.

Vous réfléchissez aux obstacles que la voiture électrique peut rencontrer et vous en voyez un gros : la recharge. Elle prend du temps et il n’y a pas d’infrastructure de recharge : il va donc falloir soutenir l’installation de bornes de recharge voire en installer vous même.

Vous démarrez le cahier des charges des véhicules et vous décider de laisser travailler les ingénieurs des deux marques chacun de leur côté (ce qui semble avoir été le cas), Nissan ayant de l’avance sur le sujet avec un véhicule prêt à sortir plus rapidement que la marque française.

Mais à ce moment-là, comment ne pas se rendre compte que c’est une connerie de sortir 2 véhicules avec des standards de recharge différents ?

Que les deux marques soient en concurrence, ça peut se comprendre. Mais que sur le point de la norme de recharge Renault et Nissan n’aient pas été capable de collaborer ça reste tout de même un grand mystère pour moi, voire une grosse erreur. C’est la question que je poserai à Carlos Ghosn si j’ai de nouveau l’occasion de l’interroger sur un salon.

Le résultat ? Vous avez Nissan qui propose une voiture équipée d’une prise de type 1 pour la recharge normale et une prise Chademo pour la recharge rapide. De l’autre côté, la ZOE propose une prise de type 2 (côté véhicule) pour la recharge normale et rapide. Sans compter que la Nissan LEAF peut se recharger sur une prise domestique tandis que chez Renault on nous dit qu’il faut absolument une wallbox pour des raisons de sécurité…

Encore mieux : Nissan déploie tout un réseau de bornes de recharge Chademo qui au départ n’étaient pas compatibles avec le modèle de Renault. Il semble que la majeure partie des bornes ait été modifiées pour accueillir la ZOE, mais tout de même, ça fait un peu bricolage tout ça, sans compter le coût des bornes qui explose pour gérer tous ces standards… et la confusion que ça entraîne chez les clients !

Très franchement, je n’ai toujours pas compris comment l’Alliance Renault-Nissan a pu passer à côté de ce point stratégique qui relève juste… du bon sens.