Lorsque vous rechargez une voiture électrique, une partie de l’électricité ne parvient jamais à la batterie. De l’énergie perdue, que vous payez pourtant ! Bien qu’agaçant, le phénomène est tout à fait normal. Automobile Propre vous explique pourquoi.

En consultant votre facture de recharge, vous avez peut-être bondi en constatant avoir consommé (et donc payé) plus d’énergie que la batterie de votre véhicule ne peut contenir. Ce n’est pas un bug de la borne ni un complot des fournisseurs d’électricité. Des kilowattheures se sont bel et bien volatilisés, au grand dam de votre portefeuille. Mais où sont-ils allés ?

La faute au chargeur embarqué

La réponse est simple : ils se sont dissipés en chaleur. Une perte principalement causée par le convertisseur de votre voiture, qui transforme le courant alternatif (AC) du réseau en courant continu (DC) utilisable par la batterie. Aucun appareil ne pouvant obtenir un rendement de 100 %, une partie de l’électricité est fatalement dilapidée dans le processus. Il existe toutefois des convertisseurs plus performants que d’autres. Ainsi, selon le véhicule, les pertes sont plus ou moins marquées. Vous ne pouvez rien y faire.

La loi n’obligeant pas les constructeurs à communiquer le rendement de leurs chargeurs embarqués, il est difficile de faire son choix parmi les modèles les plus économes. La solution reste de consulter les mesures réalisées par l’association automobile allemande ADAC. Elle a passé au crible les chargeurs de dizaines de véhicules, de la Tesla Model S à la Volkswagen e-UP en passant par la Renault ZOE. Ses analyses montrent que 8 à 25 % de l’énergie dépensée pour la recharge est perdue, selon les modèles.

Près de 2 € perdus à chaque recharge complète

Pour une ZOE R135 de 52 kWh, cela représente un coût d’environ 1,90 € par recharge complète (12 kWh). Des pertes que vous pouvez quantifier vous-même, à l’aide d’un petit compteur d’électricité à brancher (ou à câbler) chez vous. Il suffit de réaliser une recharge complète de 0 à 100 % et de comparer la consommation relevée à la capacité utile de votre batterie.

Sachez que vous payez cette énergie perdue dans tous les cas, que vous rechargiez chez vous, sur une petite borne publique AC ou une borne haute-puissance DC. Quel que soit le mode de comptage de l’électricité (avant ou après le convertisseur dans une borne DC) et le type de facturation (au kWh, au temps, au forfait…), le coût est reporté sur votre facture. Si aujourd’hui la loi n’encadre pas cet aspect de la recharge, elle devrait à l’avenir permettre d’y voir plus clair.

La voiture électrique reste efficace

Malgré ces pertes, la voiture électrique reste particulièrement économe. Son rendement total est nettement meilleur qu’un véhicule thermique. Une grande quantité d’énergie est en effet dissipée lors de l’extraction, le transport, le raffinage, le stockage et la distribution des hydrocarbures, avant leur combustion dans des moteurs n’excédant pas 30 à 40 % de rendement. Enfin, n’oubliez pas que vous payez déjà les pertes de vos autres appareils électriques utilisant un convertisseur : téléphone, ordinateur, télévision…