S’exprimant au sommet Nordic EV, le secrétaire général d’Amnesty International a invité l’industrie à améliorer les conditions d’extraction des matériaux employés dans les batteries des voitures électriques. 

La quasi-totalité des batteries de voitures hybrides et électriques sont aujourd’hui animées par des batteries à technologie lithium-ion. Complexe, le stockage requiert des matériaux spécifiques dont le cobalt. Un minerai dont les conditions d’extractions suscitent encore des problématiques d’ordre humain.

« Des batteries éthiques »

« Trouver des solutions à la crise climatique est absolument impératif », a déclaré Kumo Naidoo lors du Sommet Nordic EV 2019, « et les voitures électriques ont un rôle important à y jouer ». Le secrétaire général d’Amnesty International précise que « sans changements radicaux, les batteries alimentant les véhicules propres continueront d’être entachées par la violation des droits humains ».

L’ONG donne ainsi le défi aux meneurs de l’industrie de la voiture électrique de produire « la première batterie entièrement éthique d’ici 5 ans ». Kumo Naidoo leur demande également de revenir lors de l’édition 2020 « avec les preuves d’avancées réelles ».

10% de l’extraction de cobalt est touchée

En 2016, Amnesty avait publié une étude fracassante sur l’extraction des matériaux nécessaires aux batteries lithium-ion. Elle ciblait des conditions de travail « violant sérieusement les droits de l’homme » dans les mines du sud de la République Démocratique du Congo.

Environ 50% de la demande mondiale vient de cette région selon un rapport du gouvernement américain. La RDC estime que 20% de cette part provient de sites artisanaux, où peuvent être amenés à travailler des mineurs « parfois âgés de 7 ans ».

Des constructeurs engagés

S’il insiste sur l’urgence d’agir, Amnesty se réjouit de la réponse déjà apportées par certains acteurs tels que BMW, Daimler, Renault ou Samsung. En décembre 2018, BMW a officiellement lancé un projet pilote de mine artisanale pour y améliorer les conditions de travail. Daimler a aussi annoncé un projet afin d’améliorer la vie des communautés dans la région minière de Kolwezi.

En janvier 2018, l’ex-PDG de Renault Carlos Ghosn avait abordé le sujet lors d’une audition devant la Commission des finances. « Des startups arrivent avec des idées de batteries qui ne contiennent ni cobalt, ni lithium-ion » estimait le dirigeant, précisant avoir « investi dans l’une d’elles ». L’Alliance a réalisé une prise de participation dans Ionic Materials (comme Total), développant des batteries à électrolyte solide.

Voiture électrique : Amnesty appelle à des batteries « éthiques »
4.6 (91.67%) 24 votes