tesla-model-s-autopartage_05

La société d’autopartage Citiz-Provence met à disposition de sa clientèle privilégiée une Tesla Model S 85kwh. Une arrivée surprenante dans la flotte d’une entreprise habituée à proposer des citadines classiques et qui révèle le potentiel du concept de partage de véhicules.

Qui pouvait imaginer qu’en 2015, une société d’autopartage pourrait intégrer dans sa flotte la plus vertueuse et luxueuse des voitures ? Depuis le 1er septembre 2015, Citiz-Provence propose une Tesla Model S85 à ses clients les plus fidèles. Standing du véhicule oblige, la réservation est pour l’instant seulement ouverte aux clients sociétaires de Citiz, membres depuis au moins un an sans aucun antécédent, titulaires du permis depuis 10 ans et âgés d’au moins 30 ans. Le client doit également avoir souscrit à une part sociale au sein de la coopérative.

tesla-model-s-autopartage_04

La réservation est proposée à 25€ de l’heure en journée, 10€/h la nuit entre 23h et 7h, en plus des frais fixes de « prise en main » de 20€, destinés à limiter un trop grand nombre de locations de très courte durée et à initier le conducteur novice aux technologies embarquées à bord de la Tesla. La journée de 24h est à 260€ et la semaine à 980€.

tesla-model-s-autopartage_01

L’arrivée de la Model S au sein de la flotte de Citiz n’a pas été aussi simple que celle d’une Yaris ou Twingo, principaux véhicules de la coopérative. La société a souscrit à une location longue durée pour la berline électrique, et a du négocier pour obtenir une place de parking avec un point de recharge à son port d’attache, le parking souterrain Vinci de la préfecture à Marseille. Les marins-pompiers ont notamment exigé la création d’un bouton poussoir de coupure d’urgence dans la loge des gardiens ainsi que plusieurs opérations de mise aux normes. Des exigences qui ont fait monter la facture à environ 15 000 euros d’après le directeur de Citiz-Provence Yvon Roche.

tesla-model-s-autopartage_02

La Tesla Model S vient symboliser un tournant dans la société d’autopartage qui veut désormais s’orienter plus concrètement vers un parc de véhicules électriques. Elle possède déjà des Peugeot Ion et Twizy mais son expansion se heurte à des obstacles liés notamment à l’aménagement de points de charges dans ses « stations » situées dans des parkings souterrains. Pour l’exemple, Citiz Provence a installé une simple prise domestique sur un de ses emplacements réservés du parking souterrain Q-Park du Cours-Julien, situé en plein centre-ville de Marseille, sans jamais pouvoir l’utiliser. La société gestionnaire refuse de lui fournir de l’énergie pour une raison qui n’a pas été communiquée.

tesla-model-s-autopartage_07

Malgré les obstacles, la Model S est aujourd’hui le vaisseau amiral d’une coopérative aux débuts modestes et qui parvient peu à peu à décrocher les automobilistes de la propriété de leur véhicule. Avec la berline électrique, la société d’autopartage envoie un signe très positif pour cette économie prometteuse et doublement vertueuse. L’avenir de la voiture est dans l’électrique, mais peut-être aussi dans le partage. En plus de rouler propre, ne plus être propriétaire d’un véhicule sous-utilisé pour en réduire d’avantage l’impact sur l’environnement.

Textes, photos et vidéo Hugo Lara.

Notez cet article