Une nouvelle vague de véhicules électriques s’apprête à investir le marché : les fourgons utilitaires de grand volume. Renault est entré dans la course en électrifiant son Master avant l’arrivée imminente de concurrents de taille. Un Master ZE aux caractéristiques techniques peu attirantes au premier abord mais qui devrait honorer au millimètre les attentes des clients ciblés.

Ils parcourent des dizaines de milliers de kilomètres chaque année, roulent presque exclusivement au gazole, consomment de grandes quantités de carburant, pénètrent au cœur des villes et pourtant… ont bien moins de modèles électriques disponibles que les voitures particulières. Les véhicules utilitaires de gros volume étaient jusque-là les grands discrets de la transition électrique. Engloutis par le diesel, moins cher, moins glouton que l’essence, mais tellement plus nocif.

Les temps ont changé, et désormais la « responsabilité sociétale » pèse de plus en plus lourd dans la balance. Les grandes entreprises s’intéressent aux véhicules électriques, capables de rayonner une image moderne et de réduire les coûts d’exploitation. Alors que Mercedes lancera son e-Sprinter en 2019, Volkswagen son e-Crafter fin 2018 et que l’Iveco Daily et le Gruau Electron sont déjà disponibles, Renault se lance avec une version simplement électrifiée du Master.

La même batterie que le Kangoo ZE

Le quatrième véhicule de la gamme électrique Renault embarque une batterie lithium-ion de 33 kWh, la même qui occupe le Kangoo ZE. Un choix étonnant pour un fourgon de grande capacité, alors que le standard actuel pour les voitures particulières est de 40 à 60 kWh. Pour la marque au losange, le Master n’avait pas besoin de davantage de capacité pour honorer les fameuses « livraisons du dernier kilomètre » adaptées aux véhicules électriques.

Son autonomie d’environ 120 kilomètres suffirait aux grandes flottes de sociétés de livraisons visées par ce modèle (La Poste, DHL, UPS, collectivités…). Quand à l’adaptation d’une batterie de Zoé 41 kWh, le constructeur affirme que cela n’était techniquement pas possible en raison de son gabarit large, spécialement conçu pour la citadine.

Pas de recharge rapide

Le pack se recharge en minimum 6 heures via une wallbox 7,4 kW et 17 heures sur une prise domestique 2,3 kW. C’est peu, d’autant plus qu’il n’existe aucune possibilité de recharge rapide en courant continu, conformément aux choix technologiques de Renault. Un critère handicapant face à la concurrence, qui proposera très certainement un moyen de recharge rapide via le standard Combo.

Le Master ZE, produit dans l’usine de Batilly, est électrifié à Gretz-Amainvilliers sur le site de PVI, une entreprise spécialisée dans la conversion de véhicules rachetée par Renault en février 2017. Le moteur électrique R75 qui équipe également certaines Zoé et fabriqué à Cléon y est associé. Les 57 kilowatts de puissance et le couple de 225 Nm qu’il développe suffisent à propulser le véhicule et ses 1,3 tonnes de charge utile maximale. Malgré sa batterie, le Master ZE ne pèse que 34 kg de plus que son équivalent thermique, selon Renault. Il est proposé en six dimensions différentes, offrant un volume utile de 8 à 13 m3 en version fourgon et plancher cabine seulement. Une version passagers aurait peut-être été pertinente, notamment pour du transport scolaire.

Performances convenables pour un fourgon à grand volume

Sur l’itinéraire emprunté lors de notre essai autour de Lisbonne et composé principalement de traversées urbaines et de routes classiques, le Master ZE lesté de 400 kg n’a pas montré de faiblesses. Bridé de série à 100 km/h, il a réagi correctement aux accélérations adaptées à un véhicule de ce gabarit. Le fourgon est même parvenu à arpenter, sans se traîner, une côte d’environ 40° d’inclinaison sur quelques centaines de mètres. Une performance évidemment réalisée dans un parfait silence, à comparer avec le rugissement qu’un moteur diesel aurait produit à bord de la version thermique.

Dans la cabine, les finitions sont très basiques, le tableau de bord à jauges est totalement dépassé, hérité du Kangoo ZE et quasiment similaire à celui de la Fluence ZE. Il n’y a pas de climatisation, seulement de l’air brassé. Même si le R-Link est présent et comporte l’indispensable caméra de recul, on n’est clairement pas envahi par une sensation de modernité au volant du Master ZE.

Autonomie réelle d’environ 120 kilomètres confirmée

Sur les 56,9 kilomètres de notre itinéraire, le Master ZE a consommé 16 kWh. Il a affiché une consommation moyenne de 28,5 kWh/100 km pour une vitesse moyenne de 27,1 km/h. Nous avons roulé de façon assez énergique, sans mode éco et sans hésiter à pousser l’accélérateur jusqu’au plancher à plusieurs reprises pour éprouver l’engin. Au terme du trajet, l’ordinateur de bord a indiqué une autonomie restante de 61 kilomètres, conforme aux promesses du constructeur.

Renault n’insiste pas sur les 200 km promis par le cycle NEDC et communique plutôt sur une autonome « réelle » de 120 km. Le constructeur assure que cette autonomie reste supérieure à 80 km « y compris dans les cas d’usage les plus sévères (forte charge, conduite en centre-ville avec arrêts fréquents, conditions hivernales). »

Un prix excessif qui exclut les petites entreprises

Les commandes seront ouvertes au début du mois de mars, dans un premier temps pour les gros clients et les administrations. Le Master ZE sera ensuite disponible en réseau avant l’été. Il ne devrait cependant pas y avoir foule devant les concessions en dehors des grandes entreprises, le prix du Master ZE étant franchement prohibitif. Il est proposé à partir de 46.700 euros hors taxes, hors bonus écologique et sans sa batterie, soit 21 800 euros de plus que son équivalent diesel ! Comme sur toute la gamme électrique Renault, la batterie est obligatoirement louée à part. Pour le Master ZE, le forfait est à 74 euros HT pour 7500 kilomètres annuels et 8 euros HT les 2500 kilomètres supplémentaires. A un tel tarif, difficile d’imaginer séduire les PME et petits artisans, même avec des coûts d’exploitation réduits…

La fiche technique du Renault Master ZE