Salon Plug-In 2010 San Jose

La Chevrolet Volt était sous les feux des projecteurs à la convention Plug-In 2010

Lorsqu’on analysera un jour l’ère de l’automobile électrique, Plug-In 2010 marquera sans doute le début de cet âge nouveau. Pour la première fois, deux grand constructeurs automobiles ont introduit deux voitures électriques destinées au grand public. Cette conférence, dont on aura beaucoup parlé ici aux États-Unis, était très riche en enseignements.

On aura constaté l’absence de Tesla et de Fisker, les deux enfants terribles de l’automobile électrique. Aucun exemplaire de leurs véhicules dans la partie expo, aucun représentant dans les diverses tables rondes. Craignaient-ils de ne pas pouvoir briller dans l’ombre de la Leaf et de la Volt ?

“Range anxiety”, ou la hantise de l’autonomie d’une voiture électrique, est devenu une expression à la mode. Mais d’après les nombreuses personnes avec l’expérience quotidienne d’un véhicule électrique (Tesla, Mini, Smart, iMiev), c’est une peur qui se dissipe très rapidement à l’usage, lorsqu’on se rend compte que dans la vie normale on est très loin de faire 160 km par jour.



Le chargeur de batterie d'Aeton, une borne de recharge rapide pour voitures électriques.

Le chargeur de batterie d'Aeton, une borne de recharge rapide pour voitures électriques.

On n’aura pas vu de représentants des constructeurs français Renault ou Peugeot/Citroen, alors que l’on retrouvait des représentants de Porsche, BMW et surtout Daimler dans nombres de panels de discussion.

Par contre, dans l’expo, un grand stand du français Schneider, qui présentait ses bornes de rechargement, résidentielles et publiques. Dans un univers de start-up, le groupe risque de faire des victimes, surtout que grâce a sa filiale américaine Square D qui fabrique des compteurs électriques, il est déjà présent dans de nombreuses résidences américaines.

Les bornes de recharge pour véhicule électrique par Schneider Electric

Le stand de Schneider Electric à la convention Plug-In 2010.

Une de ces start-ups, Coulomb Technologies, qui fabrique des bornes de recharges et gère le réseau ChargePoint vient de signer un accord avec Siemens. Les bornes de recharge de l’Allemand vont être compatibles avec le réseau ChargePoint. La multiplicité des réseaux de rechargement pose problème, et on aura beaucoup parlé des standards nécessaires pour les communications entre les voitures, les bornes de recharge, et le smart grid. Ce sont des protocoles très complexes, et SAE du côté américain, IEC du côté Européen, travaillent à l’élaboration d’une dizaine de standards et essaient en même temps de les harmoniser.

Le stand de Coulomb Technologies.

Le stand de Coulomb Technologies.

Si les USA ont un standard (J1772) pour la connexion électrique AC de Type 2 qu’utilisent maintenant tous les fabricants de bornes, le standard pour les “DC fast chargers” de Type 3 qui permettent de recharger une batterie en moins de 20 minutes se fait attendre. Les constructeurs allemands font pression pour un nouveau standard de type 3 qui soit compatible avec J1772, pour pouvoir équiper leurs voitures d’une prise unique. Rappelons que la Leaf sera équipée d’une prise J1772, et en option, d’une seconde prise de Type 3 du standard japonais Chademo.

Les standards pour la voiture électrique

La route vers la standardisation des protocoles de communication pour les voitures électriques est encore longue ...

Surprenant, un représentant de Mitsubishi a affirmé qu’ils ont constaté que l’utilisation régulière d’un « fast charger » avait des conséquences bénéfiques sur les batteries lithium-ion de la i-MiEV !

De nombreux intervenants ont exprimé leur conviction que les américains sont fatigués du pétrole, à qui ils attribuent la vraie cause des longues guerres en Irak et en Afghanistan, et que l’énorme marée noire au large des côtes de la Louisiane n’a fait qu’amplifier cette lassitude. Puissent-il avoir raison…