Cette sportive américaine de 1988 a été convertie à l’électrique comme démonstrateur de ce que Team-VE est capable de réaliser. En attendant de rétrofiter un bolide encore plus performant pour goûter du circuit dans la catégorie GT4.

Derrière la nouvelle structure Team-VE, nous retrouvons 2 grands acteurs de la mobilité électrique que nous connaissons particulièrement bien chez Automobile Propre : Tour Véhicules Electriques (TVE) et e-Néo.

Publicité


Le premier s’active à organiser des événements dont l’objectif est de promouvoir l’usage des véhicules électriques par les professionnels et les particuliers. Ainsi le Vendée énergie Tour (VET). « C’est marrant, Team-VE en condensé, ça donne TVE et avec les mêmes lettres on retrouve VET, la manifestation au cœur de laquelle sera officiellement présentée K2020 », s’amuse Jean-François Villeret, à la tête de TVE.

C’est aussi sur ce territoire, dans le cadre de l’édition 2017 du VET qu’a été présentée l’ElectroCox, une Volkswagen Coccinelle du début des années 1970, convertie par Jérémy Cantin. Ce dernier a depuis créé e-Néo qui se spécialise dans le rétrofit électrique – à batterie et/ou à pile H2 – de véhicules thermiques, en particulier des modèles événementiels et des poids lourds.

K2020

« K2020 est bien sûr une référence au feuilleton télévisé américain K2000. Notre Pontiac Firebird est d’ailleurs un modèle de la même série. Ce clin d’œil se limite au côté futuriste que chacune endosse. D’ailleurs K2000 est noire et K2020 a revêtu une peinture blanche qui offre un support plus neutre aux stickers des partenaires », compare Jean-François Villeret. « C’est un peu par hasard que cette voiture se retrouve dans notre projet. Jérémy l’avait sur son parc des voitures en attente de restauration », poursuit-il.

« Effectivement cette Pontiac est ici depuis 5 ou 6 ans. Elle vient de Floride. Je l’ai ajoutée à un conteneur dans lequel il restait de la place. J’avais fait venir un lot dans lequel figurait un GMC, des Ford Mustang et peut-être d’autres modèles », confirme Jérémy Cantin.

Véhicule de compétition

« Avec Jérémy, nous avions la même idée de lancer une voiture de compétition électrique. Un modèle qui puisse affronter des thermiques. Nous avons pensé à la catégorie GT4 », se souvient Jean-François Villeret.

Après différentes réorganisations depuis 1997, le championnat GT4 France s’est imposé sur le territoire comme la principale compétition de voitures Grand tourisme. Il a permis à des pilotes d’origines très diverses de s’illustrer sur le podium. Ainsi la gloire du football Fabien Barthez, l’ancien champion de Formule 1 Jean Pierre-Jarier, Anthony Beltoise, etc.

« Fidèle à son optimiste, Jérémy m’a assuré immédiatement : ‘On peut le faire sans problème !’. Il fallait pourtant penser à un système de refroidissement très efficace des batteries et du moteur qui encaissent de fortes sollicitations. Il a par exemple imaginé employer une boîte de vitesses pour réduire le nombre de tours du moteur et réduire la chauffe », rapporte le dirigeant de TVE.

Préparation

« Nous avons d’abord effectué une remise en état extérieure. Pas en finition concours bien sûr puisqu’il s’agissait de préparer la voiture pour la piste. Nous avons renforcé le plancher, modifié la suspension », liste Jérémy Cantin.

Publicité


« L’intérieur a été débarrassé du superflu. Jérémy a commandé un arceau conçu aux Etats-Unis pour la participation des Pontiac Firebird au Nascar [NDLR : Fameuse compétition de stock-cars outre-Atlantique]. Ainsi la voiture est tout à fait adaptée à la course sur circuits », emboîte Jean-François Villeret.

« Notre objectif avec cette transformation est de convaincre des sponsors de nous rejoindre. Dans un premier temps, la Pontiac reçoit un moteur de 88 kW de puissance que j’utilise d’habitude pour construire mes Buggys électriques. Pour l’alimenter en énergie, j’ai monté un pack 15 kWh sous 150 V avec des cellules de BMW i3. C’est avec cette configuration que la Firebird retrofitée et préparée compétition sera présentée en septembre prochain dans le cadre du Vendée énergie Tour », complète le fondateur d’e-Néo.

L’hydrogène en 2021

« La prochaine configuration de K2020 sera très différente. Son groupe motopropulseur sera composé d’un moteur électrique d’une puissance de 115 kW et d’une batterie d’une capacité énergétique minimum de 24 kWh sous 400 V. Cette dernière doit-être dimensionnée pour encaisser les fortes puissances demandées par le moteur à partir du comportement du pilote. S’y ajoutera une pile hydrogène 30 kW montée comme un prolongateur d’autonomie », détaille Jérémy Cantin.

« Il faut savoir que la PAC fonctionne dans la régularité. C’est donc vraiment la batterie qui permet à la voiture d’accélérer très fortement », précise-t-il.

Et la capacité du réservoir d’hydrogène ? « Ca va dépendre de la configuration des courses. Il y a beaucoup trop de variables pour répondre rapidement. Avec 4 kilos d’hydrogène on devrait pouvoir tenir une session piste, mais pas sûr que ce soit le bon dimensionnement. On réfléchira plus tard à ce sujet », répond-il.

« A noter que c’est de l’hydrogène vert que nous emploierons, en provenance de la future unité vendéenne de production de Bouin, alimentée par des éoliennes », souligne Jean-François Villeret.

Démonstrateur d’un savoir-faire

« Jérémy et moi voulons mettre en avant le savoir-faire d’e-Néo et de Team-VE pour la conversion électrique, à batterie et pile à combustible, de voitures de compétition. C’est souvent grâce au sport automobile que les innovations sont réalisées et testées. En septembre prochain, dans le cadre du VET, la Pontiac tournera sur circuit en démonstration afin de décider de futurs partenaires à nous rejoindre », anticipe l’organisateur d’événements consacrés aux véhicules électriques.

« Il est important que les sponsors aient comme nous une vision ‘propre’ de la compétition et de l’énergie’ », clarifie Jérémy Cantin. « Nous avons bon espoir de trouver en Vendée des personnes intéressées, le département bénéficiant d’un tissu économique dynamique », résume Jean-François Villeret.

Future GT4

L’arrivée de nouveaux partenaires permettra à Team-VE de passer à la deuxième étape de son programme. « Nous convertirons alors à l’électrique, en combinant batteries et pile à combustible, un modèle de sportives thermiques utilisé fréquemment en GT4. Nous ne savons pas encore lequel à ce jour », expose Jérémy Cantin.

Après des tests et une série d’exhibitions, l’engin sera véritablement engagé en compétition. « La catégorie GT4 représente la formule majeure sur les circuits français et offre ainsi des possibilités de médiatisation intéressantes », justifient nos 2 interlocuteurs qui supportent aujourd’hui financièrement à eux seuls le projet.

Automobile Propre et moi-même remercions vivement Jérémy Cantin et Jean-François Villeret pour leur confiance, leur fidélité à notre média, et leur disponibilité.

Publicité