renault-kangoo-electrique

Suite au reportage quasi-tragique du journaliste Luc BAZIZIN (cf. article publié mardi sur ce blog), un constat s’impose : il est URGENT de former les journalistes de la presse écrite et audiovisuelle à propos des véhicules électriques !

L’électro-mobilité : un enjeu stratégique pour la France

Est-il normal qu’en 2013, la quasi-totalité des journalistes automobiles continuent, sans nécessairement s’en rendre compte, à faire l’apologie de l’automobile à pétrole ?



Est-il normal de continuer à passer sous silence les enjeux et les mutations inédites à venir en matière de mobilité ?

Combien de journalistes sont aujourd’hui capables d’expliquer simplement en quoi et comment les véhicules électriques sont indiscutablement une partie de la solution pour répondre durablement aux besoins de mobilité à l’intérieur des grandes aires urbaines françaises ?

Mesdames et Messieurs les journalistes, il est encore temps de changer d’époque : soit vous continuez à vivre dans le déni en passant sous silence les conséquences tragiques de l’exploration pétrolière au XXIème siècle (en entrainant avec vous une part importante de la population française), soit vous faites correctement votre boulot en informant en toute objectivité les citoyens sur les enjeux et les défis de l’époque inédite que nous sommes en train de vivre !

Réconcilier les médias et le grand public avec la culture scientifique

Sans nécessairement tomber dans l’information scientifique qui hélas n’intéresse qu’un tout petit nombre de citoyens, il y a une cette certaine forme d’urgence aujourd’hui à mieux informer les français sur les enjeux et les perspectives futures autour de la mobilité électrique.

La France fait indiscutablement partie de ces pays où l’électromobilité doit être promue au rang un des priorités nationales pour préparer l’avenir.

Face à cette réalité peu contestable, est-il normal que les journalistes aillent exactement à l’encontre de cette priorité pour le pays en multipliant les reportages hasardeux sur les véhicules électriques ? La réponse est évidemment NON.

Pour sortir de cette impasse, la formation des journalistes, y compris des non-spécialistes, constitue probablement un point de passage obligé.

À quand un vrai beau reportage sur les perspectives prometteuses des véhicules électriques ?

Plutôt que de continuer à faire des reportages complètement incongrus sur les usages improbables du véhicule électrique, à quand un vrai beau reportage sur les véhicules électriques et le nouveau schéma de mobilité sobre et efficient dans lequel ces nouveaux véhicules s’inscrivent ?

Un reportage qui montrerait les combinaisons possibles entre véhicule électrique et électricité renouvelable produite localement. Un reportage qui montrerait les qualités évidentes des véhicules électriques pour répondre au besoin de mobilité de millions de citoyens circulant quotidiennement à l’intérieur des grandes aires urbaines françaises ? Un reportage qui dresserait un bilan économique et écologique complet entre une voiture à pétrole (lourd) et une voiture électrique après 150 000 km de bons et loyaux services ?



Parce qu’il est urgent de changer d’époque…