Proposée depuis 2014, la e-Golf profite du renouvellement de la gamme pour arriver dans une toute nouvelle version. Au programme : de subtils changements esthétiques, de nouveaux équipements mais surtout une nouvelle batterie 35.8 kWh promettant jusqu’à 50 % d’autonomie supplémentaire. Un modèle que nous sommes allés tester sur les routes de Majorque.

Vous avez dit nouvelle Golf ? Mais qu’est qui a bien pu changer côté style ? Comme à l’accoutumé, les modifications sont particulièrement subtiles chez le constructeur allemand. A l’extérieur, cette nouvelle mouture se distingue par de nouvelles optiques, désormais « full LED », et une nouvelle signature lumineuse à laquelle peuvent être associés des clignotants défilants, disponibles en option. Pour le reste, cette nouvelle e-Golf hérite des principaux éléments de la version précédente avec un liseré bleu parcourant la calandre, des jantes pleines 16 pouces et des feux diurnes en forme de « C » spécifiques à cette version électrique.

Idem côté gabarit avec des dimensions strictement similaires au modèle précédent, soit 4.27 m de long pour 1.79 m de large et 1.48 m de haut. En termes d’habitabilité, cette nouvelle version ne souffre pas de la nouvelle batterie dont l’augmentation en capacité des cellules, qui passent de 25 à 37 Ah, permettent de porter la capacité à 35.8 kWh sans pour autant augmenter l’encombrement. Résultat : avec 341 litres d’espace de chargement, cette nouvelle e-Golf offre le même espace que l’ancienne génération même si elle dispose de près de 40 litres en moins par rapport à une Golf thermique.

A l’intérieur, les changements sont beaucoup plus importants. Au programme : un nouvel écran « Discover Pro » de 9.2 pouces proposé de série et associé à un système de navigation de dernière génération qui nous a surpris par sa précision et sa rapidité de calcul lors de notre essai et au Gesture Control, un système de pilotage par geste qui nous a beaucoup moins emballé. Les systèmes Android Auto et Apple Car Play sont également de la partie et permettent de facilement « dupliquer » le contenu de son mobile sur l’écran principal de la voiture. Une fonctionnalité qui devient aujourd’hui indispensable pour tout Geek qui se respecte…

Autre innovation : l’arrivée de l’Active Info Display qui remplace l’instrumentation analogique par du 100 % digital. Il en résulte un nouvel écran qui permet d’accéder facilement à l’ensemble des informations via les commandes au volant. Par exemple, le système duplique la carte de navigation avec une échelle plus précise que celle diffusée sur l’écran principal. De quoi faciliter grandement notre découverte des contrées espagnoles, surtout lorsqu’il s’agissait de sortir du tracé proposé par le constructeur. Certes, l’Active Info Display n’est disponible qu’en option et facturé 580 euros mais, au prix que coûte cette nouvelle e-Golf, il serait bien dommage de ne pas se faire ce petit plaisir.

Autonomie : de quoi oublier la batterie

300 kilomètres ! C’est l’autonomie (NEDC) promise par cette nouvelle Golf électrique qui voit sa capacité batterie passer de 24.2 à 35.8 kWh. Alors que Volkswagen revendique une « autonomie moyenne annuelle pertinente » de 200 kilomètres, qu’en est-il dans la réalité ? C’est ce que nous sommes allés voir en Espagne où nous avons pu réaliser deux essais à bord de cette nouvelle e-Golf.

Avant de parler chiffres, rappelons tout d’abord que cette e-Golf propose trois modes de conduite, normal, eco et eco +, les deux derniers venant « brider » les performances pour optimiser l’autonomie. Concrètement, la puissance est limitée à 75 kW en Eco et 55 kW en Eco +. A l’usage, c’est le mode Eco que nous avons le plus utilisé lors de notre essai de la Volkswagen e-Golf.

Plutôt cool, notre premier essai se déroule sans rouler fort ni jouer à fond la carte de l’éco-conduite. Nous découvrons cette nouvelle mouture en oscillant entre les trois différents modes de conduite. Pour optimiser l’autonomie, il est également possible de « jouer » sur les différents niveaux de régénération qui permettent de régler l’intensité du frein moteur et donc la quantité d’énergie récupérée lors des phase de freinage et de décélération… Pour ce premier parcours, l’essai est bouclé avec 115 km au compteur et une autonomie restante estimée à 146 kilomètres selon l’ordinateur de bord. Cela correspond à une autonomie théorique d’environ 260 km dans les conditions de notre essai où nous avons réalisé une consommation moyenne de 13.5 kWh/100km, soit une valeur assez proche des 12.7 kWh annoncés par le constructeur.

Après un petit tour d’essai de la nouvelle Golf GTE en début de matinée (on vous en parle bientôt), retour au silence avec une nouvelle prise en main de l’e-Golf à travers un trajet pré-programmé dans notre GPS par les équipes du constructeur. Petit couac : alors que nous étions sensé faire une boucle pour revenir au point de départ,  nous nous apercevons au bout de 70 kilomètres parcourus que le GPS a été mal programmé et nous a fait partir à l’autre bout de l’île. Si une telle situation aurait pu être angoissante sur la précédente génération, pas de stress particulier avec cette nouvelle version qui offre largement de quoi me ramener au bercail. Mieux ! Nous trouvons l’excuse d’un timing un peu serré pour justifier une conduite un peu plus dynamique.

Offrant un couple similaire à une Golf 1.8 TSI de 180 chevaux, soit 290 Nm, cette e-Golf est une véritable bombe silencieuse, atteignant désormais les 80 km/h en 6.9 secondes grâce à un moteur électrique donc la puissance a été augmentée de près de 20 chevaux par rapport à la version précédente (136 vs 115 ch). Sans bruit, ni vibration, elle est même plus agréable à conduire que la Golf GTE et ses plus de 200 chevaux.

Revers de la médaille : cette conduite un peu plus sportive coûte cher en termes d’autonomie. Nous arrivons à notre point de rendez-vous avec 147 km au compteur et une autonomie restante estimée à 40 km, soit moins de 200 kilomètres réels dans les conditions de notre essai avec une consommation de l’ordre de 16.8 kWh/100 km.

Un cap est passé !

Au volant de cette nouvelle e-Golf, les sensations sont semblables à celles ressenties à bord de la Tesla Model S ou de la nouvelle Renault Zoé. Car avec 200 kilomètres réalisables sans grandes difficultés, un cap psychologique est passé et la conduite devient beaucoup plus zen. L’œil est moins rivé sur le compteur d’autonomie et on prend davantage de plaisir à la conduite « zéro émission » avec une tentation plus grande de titiller la pédale d’accélérateur au détriment de l’autonomie et de la consommation.

Quant à ceux qui s’interrogent de l’autonomie en situation hivernale, sachez que cette nouvelle mouture est équipée d’une pompe à chaleur optionnelle qui, selon Volkswagen, permettrait d’augmenter jusqu’à 30 % les performances  par rapport à un système de chauffage conventionnel. Et pour vous aider à moins consommer, la nouvelle e-Golf intègre un système d’aide à la conduite qui tient compte de votre localisation et des données GPS pour anticiper les virages et les ralentissements et vous rappeler de relâcher le pied de l’accélérateur.

Côté recharge, l’offre est plutôt complète, cette nouvelle e-Golf intégrant à la fois la charge standard sur prise domestique ou wallbox pour un temps de charge de 10h50 à 17h00, la recharge semi-accélérée en 7.2 kW et un connecteur rapide en combo CCS permettant de retrouver jusqu’à 80 % d’énergie en 30 minutes de charge. Déjà proposée sur la première version, l’application Car-Net Remote est toujours présente et permet de paramétrer de nombreuses fonctionnalités à distance comme la programmation et le lancement de la charge.

Une mise à jour coûteuse

Côté tarif, la nouvelle e-Golf n’est clairement pas la plus abordable des voitures électriques. Disponible en un seul et unique niveau de finition, elle est proposée à partir de 39.350 euros TTC en France hors bonus écologique et superbonus, soit près de 3000 euros de plus qu’une BMW i3 d’entrée de gamme et presque 6000 € de plus qu’une Nissan Leaf 30 kWh même si cette dernière s’avère bien moins équipée. Un tarif qui comprend la batterie, garantie 8 ans par le constructeur, et un ensemble d’équipements dont le système de navigation Discover Pro, le chargeur embarqué 7.2 kW et le chargeur rapide Combo CCS dont vous trouverez tous les détails dans cet article.

A ce compte là, difficile d’imaginer que cette nouvelle e-Golf, dont le constructeur espère écouler quelque 500 exemplaires en France en 2017, fasse des étincelles. Dommage car le potentiel et le plaisir de conduite sont là !

En savoir plus :

Volkswagen e-Golf 2017  : toutes les caractéristiques

 

 

Essai Volkswagen e-Golf 2017 : une nouvelle version électrisante !
3.6 (72.86%) 14 vote[s]