Sous un ciel bleu sans nuages et un soleil, aussi doré que le dôme des Invalides, la deuxième édition Formula E de Paris a réservé d’intenses rebondissements aux 20.000 spectateurs présents.

En termes de performances, les pilotes, ingénieurs et mécaniciens de l’équipe DS Virgin font jeu égal avec l’équipe Renault eDams. Nous l’avions pressenti lors de l’ePrix de Marrakech.

Publicité


La deuxième place de l’argentin José María López (« Pechito »), triple Champion du Monde des voitures de tourisme (FIA WTCC), est amplement méritée.

En effet, José a décroché la troisième place sur la grille de départ, derrière le français Jean-Eric Vergne (équipe Techeetah) et le suisse Sébastien Buemi (équipe Renault eDams).

Sur les 1,9 km du circuit des Invalides, les erreurs de pilotages ne pardonnent pas : le vainqueur de l’édition 2016 en a fait l’expérience. Au 45 ème tour, Lucas Di Grassi (Audi Sport ABT) a heurté un muret et a dû abandonner la course.

Même si la propulsion est électrique, les erreurs mécaniques peuvent vous faire perdre une victoire potentielle à une course Formula E. Au 34 ème tour, un problème d’attache sur la direction de sa voiture N°25, fait perdre à Jean-Eric Vergne sa deuxième place.

Après avoir eu une « grosse pression dans le dos » de Jean-Eric Vergne, Sébastien Buemi en pole position depuis le début de la course, a dû se battre tour après tour avec José María López. Pour remporter la victoire, Sébatien Buemi a reconnu que « ça été très dur » et a tenu féliciter son challenger.

Ce duel parisien Renault eDams – DS Virgin Racing fut un véritable régal pour les français présents. Il est rare de voir s’affronter nos deux constructeurs automobiles dans le même championnat.

Nous vous donnons rendez-vous aux prochaines courses, qui comporteront deux manches chacune :

  • Berlin, les 10 et 11 juin 2017
  • New-York, les 15 et 16 juillet 2017
  • Montréal, les 29 et 30 juillet 2017

Publicité


Publicité