La Renault ZOE en charge sur une borne à Strasbourg

Les utilisateurs de voitures électriques n’osaient même plus en rêver : un grand réseau national de de bornes de recharge pour véhicules électriques serait sur le point de voir le jour en France.

D’après Les Echos, EDF et Bolloré se sont portés candidats pour la mise en place et la gestion d’un réseau de bornes de recharge en France, le vainqueur devenant ainsi « l’opérateur national ». La création de ce réseau devrait bientôt être validée par l’Etat.

Publicité


Ce projet de réseau national serait piloté par Francis Vuibert, le remplaçant de Philippe Hirtzman (parti à la retraite), et serait mis en place dans le cadre de l’un des 34 plans de relance industrielle d’Arnaud Montebourg.

On sait encore peu de choses sur ce réseau national, si ce n’est que deux entreprises sont candidates : EDF et Bolloré. Se sont ainsi 1 000 à 5 000 bornes qui pourraient être déployées à terme, essentiellement en recharge accélérée.

« Nous comptons encore équiper deux à trois grandes métropoles françaises. En parallèle, il faut commencer à déployer des bornes sur les axes qui relient ces grandes villes », explique aux Echos Frédéric Dittmar, directeur général adjoint chez IER, filiale de Bolloré. « Il faudra en moyenne une borne tous les 100 kilomètres. On pourrait s’inspirer du maillage des stations service ».

Voilà en tout cas une initiative intéressante mais, comme toujours, on attend des précisions et des faits. Depuis des années, on nous promet des bornes de recharge par milliers et force est de constater que la réalité est tout autre. Seul Autolib a réellement relevé ce défi à ce jour en France.

J’espère que ce réseau de borne de recharge national viendra fédérer tous les acteurs déjà en place et ne se contentera pas d’être « un réseau fermé » venant cannibaliser les déploiements déjà effectués.

Quand je vois par exemple que Sodetrel refuse de partager les données concernant la disponibilité de ses infrastructures de recharge avec des acteurs du secteur comme ChargeMap (NDLR : dont je suis le fondateur), je me dis qu’il serait de bon ton qu’un réseau « national » de recharge soit plus ouvert et qu’il communique vers l’extérieur… J’espère également que ce réseau de recharge ne donnera pas lieu à un nouveau monopole financé par le contribuable…

Bref, cette initiative est bien entendu une bonne nouvelle, il reste à en préciser les contours et les intentions. Nous aurons certainement les premiers éléments de réponse la semaine prochaine, lors des Assises des Infrastructures de recharge…

Publicité