Hyundai Kona électrique

Dans quelques jours le début du déconfinement et la réouverture des concessions. L’Avere-France invite le Gouvernement « à faire le choix d’une relance verte résolument tournée vers la transition énergétique et écologique ». Elle lui a adressé une quarantaine de propositions pour une filière automobile qui se doit d’être compétitive, bas carbone et servir les objectifs d’indépendance énergétique.

Entrepreneurs

Les premières propositions de l’Avere-France ciblent les entreprises. D’abord en jouant sur le bonus écologique (retour aux 6.000 euros pour acquérir des voitures et utilitaires électriques, allocation pour les poids lourds en fonction du PTAC, et création d’une extension pour aider à financer la conversion des modèles thermiques).

Suivent des avantages fiscaux : TVA récupérable sur l’acquisition de véhicules hybrides rechargeables et électriques dans la première année qui suit la fin du confinement, augmentation et relèvement du plafond de l’amortissement pour ces derniers, exonération de TVA pour la recharge.



L’association a aussi pensé à faciliter l’achat de ces engins par la création d’un fonds de garantie pour les loueurs à longues durées, par de nouvelles solutions de prêts, par l’extension de mécanismes d’aide à l’investissement, et en revoyant au niveau européen les seuils qui permettent d’obtenir des subventions.

Collectivités

L’extension des mécanismes d’aide à l’investissement, l’Avere-France l’étend aux collectivités qui devraient en outre pouvoir recourir plus facilement à la LLD pour s’équiper de véhicules électriques et hybrides rechargeables.

L’association espère aussi le déploiement de l’autopartage électrique au sein de ces entités, et la création d’un guichet unique pour faciliter les démarches d’acquisition par les collectivités territoriales.

En outre, l’obligation faite aux flottes publiques d’un taux minimum de 20% de véhicules zéro émission pourrait être étendue à la catégorie L qui comprend les deux-roues, tricycles et quadricycles.

Particuliers

Afin de soutenir l’utilisation par les particuliers des voitures électriques et hybrides rechargeables, l’Avere-France souhaite une réduction de la TVA et le renforcement de la prime de conversion pour ces véhicules, mais aussi l’assimilation à zéro des avantages en nature que constituent la mise à disposition par l’employeur de véhicules branchés à ses salariés ainsi que la mise à disposition d’une borne aux domiciles.

Recharge

L’Avere-France sait bien que la recharge des voitures électriques et hybrides rechargeables est un point de blocage majeur pour nombre d’automobilistes qui souhaiteraient rouler plus propre. D’où de nouvelles impulsions de sa part afin de rendre effectif le droit à la prise, obligatoire les IRVE dans les bâtiments collectifs en aidant financièrement l’installation, possible le développement de hubs de la recharge.

Elle souhaite également que l’Etat s’implique auprès des premiers opérateurs et territoires engagés au sein de la mobilité électrique dans leurs projets de modernisation de leurs maillages, mais aussi dans la mise en place de réseaux d’avitaillement en hydrogène.

Mobilité légère électrique

Enfin, l’association appelle le Gouvernement à favoriser l’utilisation des deux-roues électriques. Ainsi par la relève du bonus écologique à 1.500 euros (ou 300 euros du kWh), la gratuité d’immatriculation, l’instauration d’un crédit d’impôt pour l’installation d’un système de recharge adapté.

L’Avere-France estime aussi que des quotas de places réservées aux modèles électriques, avec accès à la recharge, devraient être mis en place sur les parkings dédiés aux deux-roues.