En lançant l’Ami, Citroën propose une petite électrique qui embarque le juste nécessaire pour le quotidien en ville et qui rime avec la simplicité jusqu’à sa prise de recharge. Mais de la simplicité exacerbée ne naîtrait-il pas la complexité ?

Pour offrir l’accès à la voiture électrique au plus grand nombre, la marque au Double Chevron a dévoilé l’Ami. Une puce des villes électrique presque aussi large que longue, qui embarque le juste nécessaire pour évoluer quotidiennement. La culture du minimum est aussi poussée jusqu’au chapitre technique, avec un petit moteur de 8 ch (6 kW) et une batterie de 5,5 kWh de capacité. Celle-ci annonce une autonomie de 70 km sur un cycle WLTP et se recharge grâce à sa prise domestique embarquée et son chargeur d’une puissance maximale de 1,8 kW.

À domicile, comme n’importe quel appareil de la vie courante

Il s’agit là de l’une des plus simples formes de recharge existantes sur le marché à l’heure actuelle. Ainsi, la Citroën Ami ne dispose dans son aile arrière droite que d’un simple câble de trois mètres (qui tire parfois court et sans enrouleur !) relié à une prise mâle de Type E/F. Cette même fiche qui fait partie de notre quotidien et que l’on retrouve sur la plupart des équipements électroménagers.

L’opération de recharge de la voiture sans permis est donc aussi simple que de brancher un de ces derniers à la maison. La Citroën Ami ne complique pas la mobilité électrique avec différents types de câbles et ne réclame pas l’installation d’une borne murale à domicile (avec toutes les questions en matière de réseau et d’abonnement que cela implique) : après avoir démêlé le câble, il suffit de brancher la fiche sur une prise femelle de Type E (la plus courante avec la broche terre dépassant du socle) ou sur une Type F. S’ensuit alors un exercice de recharge annoncé en trois heures, ou peut être un plus dans la réalité comme constaté lors de notre essai jusqu’à la panne.

Sur la grande majorité des bornes publiques dotées d’une prise domestique

À l’instar de toutes les voitures électriques, la recharge de la Citroën Ami est particulièrement simple lorsque l’on habite dans un logement individuel avec garage ou place de stationnement propre équipée d’une prise. En revanche, les choses peuvent prendre une dimension bien plus compliquée lorsque l’on habite dans un appartement avec ou sans parking, qui plus est dans les centres des plus grandes villes de France : car si les prises de courant conventionnelles prolifèrent dans les logements ou dans les garages individuels, elles sont plus rares à l’extérieur.

La plupart des bornes proposent toutefois une prise domestique qui s’adapte à la Citroën Ami. Même si ce n’est pas le cas de toutes les installations, surtout pensées pour la masse avec des prises de Type 2 uniquement, gageons que ces cas-là sont tout de même rares et qu’il existera toujours une solution pour recharger la voiturette sur les bornes publiques. Même lorsqu’il faudra trouver une solution de repli après avoir rencontré une borne défectueuse, occupée par une voiture thermique ou par une électrique « ventouse ». L’opération devra donc être tout aussi simple que de brancher son sèche-cheveux dans la rue.

Un adaptateur Type 2 vraiment utile ?

Pour les plus inquiets, Citroën propose toutefois dans son catalogue d’accessoires un adaptateur Type E/F (prise domestique) vers Type 2, qui trahit quelque peu les réflexions internes autour du volet recharge de la Citroën Ami. Et si finalement cette opération n’était pas aussi simple qu’anticipé ? Même en imaginant la plus marginale des situations, la recharge de la voiture sans permis ne devrait pas se montrer plus fastidieuse qu’avec n’importe quelle autre voiture électrique. Il n’y a guère que ceux qui habitent dans un immeuble avec un parking souterrain dénué de prise murale qui peuvent être concernés : dans ce cas, l’installation d’une wallbox avec compteur spécifique serait sans doute plus facile que la pose d’une basique prise domestique. Mais aussi plus onéreuse.

Lire aussi : Recharge

Cette solution-là ne correspondrait pas à l’image recherchée par la Citroën Ami : au-delà du coût de l’installation d’une wallbox, l’adaptateur Citroën (fabriqué par Metron) est facturé 299,90 €. Ce qui représente 5 % du prix de base de la Citroën Ami (ou un an et trois mois de loyers). Soit la même part que les plus onéreuses des options, à l’image des carrosseries en carbone des Pagani Huayra ou Bugatti Divo ! Un véritable produit de luxe à l’utilité finalement relative, ne permettant de faciliter le quotidien que des rares conducteurs qui disposent plus facilement d’un accès à une wallbox qu’à une prise murale. Et encore…