Volvo rejoint les allemands pour un standard mondial pour la charge rapide

Alors qu’il ambitionne de lancer sa première voiture électrique en 2019, le constructeur suédois Volvo rejoint le consortium CharIN EV pour appeler à la définition de standards mondiaux autour de la charge rapide reposant sur le standard Combo CCS.

« Nous observons un basculement vers les véhicules 100 % électriques qui concorde avec l’amélioration de la performance des batteries, la chute des coûts et la mise en place d’infrastructures de recharge. Mais alors que nous sommes prêts sur le plan technologique, l’infrastructure de recharge, elle, est à la traîne. Pour tourner définitivement la page de l’anxiété liée à l’autonomie, un système de recharge standard est plus que jamais nécessaire » précise Peter Mertens, Vice Président de Volvo en charge de la recherche et du développement.

En rejoignant Charging Interface Initiative (CharIN EV pour les intimes), Volvo donne plus de poids à l’association, essentiellement portée par les constructeurs allemands,  et renforce le lobby à l’international pour parvenir à imposer le Combo CCS comme standard mondial pour les véhicules électriques. Pour Volvo, qui ne propose à ce jour que des modèles hybrides rechargeables, l’objectif est de préparer le terrain pour son futur modèle 100 % électrique dont la commercialisation est prévue pour 2019.

Pour les membres de l’association, il s’agit à la fois d’imposer le CCS sur des marchés où il n’est pas encore obligatoire mais aussi d’envisager ses évolutions avec des puissances de 200 kW, voire 350 kW, destinées à mieux répondre aux besoins de recharge des futures voitures électriques à « haute autonomie » mais aussi à d’autres types de véhicules comme les bus ou les camions électriques.



Et si cette montée en puissance du CCS parait être une évidence dans les prochaines années, il restera une question clé à résoudre : qui financera ces infrastructures alors que le business-model d’une « simple » borne 50 kW est loin d’être établi ?