Aujourd’hui, l’Autopilot permet surtout de diriger sur les voies rapides avec une certaine autonomie les Tesla Model S, Model X et Model 3. Fidèle à son habitude, Elon Musk a promis l’incroyable sur les réseaux sociaux.

En date du 9 décembre 2018, il a indiqué : « Si vous avez une Tesla construite au cours des 2 dernières années, essayez de naviguer avec l’Autopilot, vous en aurez le souffle coupé ».

Si l’on fait la liste des fonctionnalités à venir, c’est effectivement impressionnant : arrêt aux panneaux Stop, adaptation à la couleur affichée par les feux de signalisation, prise en compte des règles de circulation dans les ronds-points et les échangeurs d’autoroute, gestion des dépassements, changement de file, entrée et sortie en autonomie sur les voies rapides, etc.

Les Tesla feront tout cela sans attendre de confirmation de la part du conducteur… si les autorités en charge de la circulation valident les scénarios imaginés par le constructeur branché américain. Ces fonctionnalités sont actuellement en cours de test, selon ce que prétend le sulfureux dirigeant qui se régalerait au volant de sa propre Model S déjà équipée de ces avancées technologiques.

« Votre Tesla pourra bientôt passer du garage de votre maison au parking de votre travail sans aucune intervention du conducteur », assure Elon Musk qui ne s’engage là, ni plus ni moins, que sur la conduite 100% autonome des productions récentes de Palo Alto.

En attendant ce pas de géant dans la conduite autonome, le « patron » rappelle que l’on pourra tout prochainement contrôler en partie sa Tesla à distance, avec un smartphone.

Tesla : Elon Musk détaille les futures évolutions de l’Autopilot
3.8 (75.71%) 14 votes