Situé à Sochaux (25), le musée du Lion propose jusqu’au 31 janvier 2021 de découvrir ses trésors électromobiles peu connus ou oubliés.

La visite commence avec la VLV (Voiture légère de ville) conçue pendant la Seconde Guerre mondiale lorsque l’approvisionnement en carburant est devenu difficile. Utilisé par la Poste, mais aussi par les médecins, cet engin a été produit à moins de 400 exemplaires, dont celui qui attend les visiteurs au musée.

Egalement exposé au salon Rétromobile en février dernier, le concept-car EX1 imaginé 70 ans plus tard environ, en 2010. Son pack lithium-ion 30 kWh le doterait d’une autonomie de 450 km.

Entre les 2, la Tulip – acronyme de Transport urbain libre individuel et public – annonce dès 1996 le futur de la mobilité urbaine : des citadines électriques biplaces proposées en autopartage et rechargeables par induction.



Sur la période 1940-2010, Peugeot n’est jamais resté très loin de la mobilité électrique. Cette exposition en témoigne, qui jette sous les projecteurs nombre de prototypes, réellement présents, ou évoqués sur des documents. Ainsi : 202 (1940) ; 104, J5 et J9 en collaboration avec Alsthom et EDF à partir du milieu des années 1970 ; 205 avec Saft qui fournira ensuite les batteries plomb puis NiCd pour les 106 ; concept Ion de 1994 dont le nom est repris depuis 2010 sur les Mitsubishi i-MiEV rebadgées du lion ; Touareg (1996) ; BB1 révélé à Francfort (2009).

Infos pratiques : Site de l’Aventure Peugeot