Sans contact avec les rails, ce type de rames exploite les forces magnétiques pour se déplacer à très grande vitesse.

Le principal intérêt du modèle qui vient d’être présenté est de permettre des déplacements intérieurs à des tarifs moindres pour les usagers et pas plus longs qu’en avion, en comptant les délais d’embarquement et de sortie d’un aéroport.

En utilisant de l’azote liquide à la place de l’hélium pour obtenir une résistance électrique quasiment nulle sous une température extrêmement basse, le coût d’exploitation serait divisé par 50 par rapport aux modèles déjà en service.

Pour l’instant, le prototype de 21 mètres, employant massivement la fibre de carbone, ne dispose que d’une piste de présentation de 165 m. Ses concepteurs assurent qu’il est déjà capable de dépasser les 620 km/h et devrait pouvoir atteindre à terme les 800 km/h.



Selon le South China Morning Post, une exploitation commerciale est envisagée d’ici 6 ans pour rejoindre depuis Pékin les grandes villes chinoises.