L'approche de l'élection présidentielle américaine est une inquiétude pour les différentes industries. Le milieu de l'automobile n'y échappe pas, avec deux candidats diamétralement opposés.

D’un côté, Joe Biden veut continuer à appliquer son Inflation Reduction Act. Celui-ci encourage les investissements sur le sol américain, pour préserver la souveraineté financière du pays, tout en étant très bénéfique aux voitures électriques via des subventions.

En face, Donald Trump sera candidat pour la troisième élection présidentielle consécutive. Et du côté du candidat Républicain, la politique sera inverse à celle des Démocrates, avec un retour en arrière.

Donald Trump l’a dit : il refuse que la voiture électrique s’impose. Selon lui, les subventions doivent disparaître pour ne plus aider le développement de l’électrique. Il a même promis à des cadres de l’industrie pétrolière un retour en arrière en échange de dons pour sa campagne.

Sauf que l’industrie automobile ne s’en laissera pas conter, et elle a déjà prévu de ne pas reculer. Chez Ford, Trump est prévenu, on déplore les retours en arrière. La marque explique que les plans d’investissements sont à trop long terme pour se laisser influencer.

“En tant qu’entreprise, notre calendrier de planification est beaucoup plus long que les cycles électoraux. Lorsque nous sommes ballotés d’un côté à l’autre par les politiciens, cela devient vraiment difficile pour nous”, a déploré William Clay Ford Jr.

À lire aussi L’usine de batterie de Ford et CATL gêne les politiciens américains et chinois