Présenté en avril dernier, le monstre hybride de Ford entame sa commercialisation dans l’Hexagone où son prix débute à partir de 77.000 euros.

Chez Ford, l’année 2020 est placée sous le signe de l’électrification. Alors que la marque s’apprête à lancer son offensive sur le segment du tout électrique avec la Ford Mustang Mach-E, la technologie hybride rechargeable n’est pas oubliée. Au-delà du Ford Kuga PHEV sur le segment du SUV compact, la marque américaine lancera pour la première fois en Europe le Ford Explorer, un modèle jusqu’ici réservé au marché américain.

A partir de 77.000 €

Officiellement révélée en avril dernier, la version hybride rechargeable du Ford Explorer se limite à deux niveaux de finitions. Commercialisée à partir de 77.000 €, la ST Line est déjà richement dotée. Au programme : phares et feux à LED, jantes 20 pouces, régulateur de vitesse adaptatif, toit panoramique, écran tactile 10,1 pouces, sièges chauffants, instrumentation numérique etc…

Pour 2000 euros de plus, vous aurez accès à la version Platinum qui y ajoute feux arrière à LED, inserts bois, barres de toit chromées et jantes alliage spécifiques.

Par rapport à la concurrence, l’Explorer est le moins cher de sa catégorie. A titre de comparaison, la version hybride rechargeable du BMW X5 débute à plus de 82.000 € tandis que les Audi Q7 et Range Rover Sport hybrides rechargeables dépassent les 90.000 €.

ModèlePuissancePrix de base
Ford Explorer PHEV457 chevaux77.000 €
BMW X5 xDrive45e394 ch82.900 €
Range Rover Sport PHEV404 ch91.400 €
Audi Q7 eTFSI456 ch94.400 €

457 chevaux de puissance et zéro malus

Pour échapper au malus, le Ford Explorer n’est disponible qu’en version hybride rechargeable dans l’Hexagone. Sous le capot : un moteur V6 essence de 357 chevaux couplé à un bloc électrique de 100 chevaux. Au cumul, ce joli bébé de 5,05 mètres de long et 7 places cumule 457 chevaux.

Malheureusement, la batterie ne suit pas l’envolée des chiffres. Limitée à 13,6 kWh, elle n’autorise que 42 kilomètres d’autonomie en cycle WLTP. En même temps, Ford n’avait pas vraiment intérêt à faire mieux, les failles du cycle européen permettant au géant hybride d’afficher une consommation moyenne homologuée à 2,9 l/100 km et des émissions de CO2 de 66 g/km, soit moins que la petite Toyota Yaris dont la version « full hybrid » affiche une consommation située entre 3.1 et 3.3 l/100 km.