Incriminé dans les incendies de Hyundai Kona électriques, le fabricant LG Chem va assumer sa responsabilité. Le partenaire du constructeur coréen va en effet prendre près de 3/4 des coûts liés au rappel à sa charge.

Une quinzaine de Hyundai Kona dans le monde ont connu un incendie à la suite d’un problème de batterie. Hyundai pensait initialement à un problème de logiciel, mais un autre problème du genre s’est déclaré après coup. Ainsi, le constructeur a décidé de procéder à un rappel pour changer les batteries du petit crossover électrique.

Ce sont au total 75 680 Kona Electric qui passeront par les ateliers, ainsi que 5 716 Ioniq Electric et 305 bus Elec City. La campagne de rappel va coûter environ 750 millions d’euros à Hyundai, qui ne veut prendre aucun risque.

Le problème identifié vient des batteries que LG Chem conçoit à Nanjing, en Chine. De fait, le fabricant a décidé de prendre à sa charge 70 % des coûts du rappel massif. Cela représente une dépense, pour la filiale du géant coréen, de 525 millions d’euros. Pour Hyundai, l’opération passe ainsi à 225 millions de dollars, un coût nettement plus raisonnable.



Les deux marques se sont donc vite entendues pour arranger au mieux les clients, et préserver leur sécurité. Ce qui est désormais le plus gros rappel connu pour des véhicules électriques se résoudra rapidement. LG Chem assume entièrement sa responsabilité et a confirmé vouloir « coopérer activement ».