Principal fournisseur de la puce EyeQ3 servant à la fonction Autopilot de Tesla, Mobileye met fin à sa collaboration avec le constructeur californien qui va développer son propre système.

Alors que Tesla est toujours sous le coup d’une enquête du NHTSA suite au décès d’un conducteur de Model S en mai dernier avec l’Autopilot enclenché, Mobileye vient de décider de mettre un terme à sa collaboration avec le constructeur. L’équipementier israélien est le fournisseur de la puce EyeQ3 qui équipe les Model S et les Model X et qui permet l’analyse des données issues des capteurs de la voiture et l’activation de la fonction Autopilot.

Si Mobileye refuse de préciser les raisons de cette rupture, certains médias n’ont pas manqué de souligner les tensions croissantes entre les deux structures, surtout depuis l’incident survenu en Floride ayant causé la mort d’un conducteur. Mobileye fournissant également d’autres constructeurs, comme BMW et la série 7, il y a donc fort à parier que l’équipementier a choisi de rompre sa collaboration avec Tesla pour ne pas nuire à sa réputation. Quant à son éventuelle implication, Mobileye décline toute responsabilité, précisant que son système de freinage d’urgence automatique n’est pas conçu pour détecter les véhicules arrivant latéralement comme cela a été le cas sur l’incident survenu en Floride.

Quoi qu’il en soit, les puces Mobileye continueront encore d’équiper les voitures électriques de Tesla jusqu’à l’expiration du contrat en cours dont la date n’a pas été indiquée. En revanche, Tesla ne bénéficiera pas de la nouvelle puce, l’EyeQ4, sensée équipée son Autopilot 2.0.

Publicité


Développement maison

Loin de paraitre déstabilisé par sa rupture Mobileye, Elon Musk a d’ores et déjà indiqué que cette annonce n’aurait pas de conséquence sur ses plans, le constructeur souhaitant désormais développer son propre système.

Pour ce faire, le patron de Tesla a d’ores et déjà débauché deux experts en microprocesseurs – Jim Keller et Peter Bannon – qui travailleront au développement d’un système de pilotage automatique « maison » du constructeur californien qui pourrait, à terme, produire ses propres puces. Affaire à suivre…

Publicité