Afin de réaliser les économies nécessaires pour financer ses investissements colossaux dans le domaine de la voiture électrique et du numérique, Audi va supprimer 9.500 emplois au sein de ses usines allemandes.

Production de batteries, recyclage… si le développement de la voiture électrique promet à termes l’émergence de nouvelles filières et de nouveaux emplois, il est pour l’heure synonyme de réduction des effectifs chez les constructeurs.

Désireuse de dégrossir ses équipes pour mieux préparer l’avenir, la marque premium de Volkswagen compte supprimer 9.500 emplois d’ici à 2025, soit environ 15 % de ses effectifs outre-Rhin. Sans licenciement, ce plan sera notamment réalisé par non-remplacement de départs à la retraite. En contrepartie, les quelque 50 000 salariés Audi restants en Allemagne bénéficieront d’une garantie d’emploi jusqu’en 2029 promet le constructeur.

Les économies générées – environ 6 milliards d’euros – doivent notamment permettre à Audi de financer ses investissements dans l’électrique et le numérique mais aussi de compenser le recul du marché automobile mondial.  Dans le domaine de la voiture électrique, est notamment prévue la transformation des usines du constructeur à Ingolstadt et Neckarsulm. Celles-ci produiront à termes les voitures électriques de la marque en complément du site de Forest (Belgique) qui assure depuis le début de l’année l’assemblage du SUV Audi e-tron.

Publicité


Aussi des embauches

« La société doit devenir svelte et prête pour l’avenir, ce qui signifie que certains profils de poste ne seront plus nécessaires et que de nouveaux seront créés » a résumé l’entreprise dans un communiqué.

Au-delà des 9.500 emplois qu’il compte supprimer, le constructeur a ainsi indiqué qu’il embaucherait progressivement 2.000 nouveaux experts dans le domaine de la mobilité électrique et du numérique.

Publicité