Née sous le signe du dragon, cette sportive électrique britannique n’entrera pas dans le Top 10 des voitures les plus puissantes commercialisées dans le monde, mais elle devrait faire la fierté de 500 propriétaires par an à partir de 2023.

Osons une comparaison décalée : Avec sa puissance de 485 kW, le bolide se positionne tout de même au-dessus de la Porsche Taycan 4S (450 kW), sauf à utiliser sur l’allemande la fonction Overboost (500 et 560 kW respectivement pour les versions Turbo et Turbo S).

Mais entre les 2 voitures dont l’usage sera souvent différent, sauf pour s’amuser à se taquiner sur circuit, il y a plus d’une tonne de différence pour une batterie de capacité énergétique similaire : 90 kWh pour l’Apex AP-0, contre 93,4 pour les Taycan (hors 4S à pack 79,2 kWh).

Pour expliquer cette performance sur la balance, il y a d’abord des dimensions réduites pour le bolide britannique. Cette propulsion n’embarquera pas plus de 2 personnes à son bord dans une structure dont l’empreinte au sol est de 4,380 x 1,935 m (contre 4,96 x 1,97 pour la Taycan). Et surtout l’emploi généralisé de fibre de carbone ultralégère, y compris pour le châssis, qui permet de n’afficher que 1.200 kilos à la pesée.

Publicité


De quoi réaliser l’exercice du 0 à 100 km/h en seulement 2,3 secondes et s’envoler à un peu plus de 300 km/h sur piste de course, le terrain auquel se destine l’Apex AP-0. Mais il faudra être bien plus sage pour espérer obtenir les 515 kilomètres d’autonomie estimée via le cycle mixte WLTP.

Ce que les 2 engins partagent également, c’est la possibilité d’accepter en pointe une puissance de recharge de 350 kW avec un connecteur Combo CCS.

Si le design de l’AP-0 semble si agressif, c’est parce que ses créateurs ont voulu lui donner des airs de dragon, de l’avant avec des phares en forme d’yeux jusqu’à la poupe à crête dorsale. Apex revendique également un style Le Mans et des touches inspirées de la Formule 1. Au-dessus du pilote : un toit en verre en forme de larme.

Commercialisée à partir de 165.000 euros hors taxes locales, la sportive électrique offre à son conducteur un affichage tête haute, et des fonctionnalités de conduite autonome de niveau 3 dans un premier temps.

Publicité