Voiture électrique

Voilà presque 10 mois que j’ai réceptionné ma voiture électrique et que je suis rentré dans cette nouvelle ère de l’automobile. Je vous propose un petit bilan et une synthèse de mes impressions.

Quand j’ai fait le choix d’acheter une voiture électrique, je me suis d’abord assuré que cette démarche était compatible avec mon mode de vie. Je réalise quotidiennement une trentaine de kilomètres pour me rendre au travail, ainsi que des trajets dans la région de Strasbourg durant le week-end. La voiture électrique est donc complètement adaptée à mon mode de vie, et si j’ai besoin de faire plus de 100 km, je peux compter sur la deuxième voiture du foyer. J’utilise aussi beaucoup le train pour mes déplacements professionnels.

L’autonomie

Evidemment, la première question qu’on me pose en général c’est celle de l’autonomie. Je me suis rendu compte qu’il n’était pas évident d’y répondre car cela varie entre 90 km dans les pires conditions et 170 km en faisant uniquement de la ville et en roulant en éco-conduite. Il n’y a donc pas une autonomie mais des autonomies, en fonction de nombreux paramètres comme le style de conduite, l’utilisation de la climatisation ou du chauffage, le relief ou encore la vitesse moyenne sur le trajet emprunté.

Pour des explications plus détaillées, je vous invite à relire mes articles sur le sujet :

– Comment rallonger l’autonomie d’une voiture électrique ?
– Voiture électrique : quand l’autonomie devient un jeu
– La voiture électrique, l’autonomie et l’autoroute
– Voiture électrique : le coup de la panne de batterie

La recharge au domicile

Recharge à domicile de ma voiture électrique.

L’avantage de la voiture électrique c’est que l’on fait la majorité des « pleins » à son domicile. C’est pour cette raison que je me suis fait installer une prise traditionnelle 16A même si en copropriété, cela n’a pas été forcément simple. Je recharge tous les deux ou trois jours, en programmant la voiture pour qu’elle se charge uniquement pendant les heures creuses. En général, je charge la batterie à 80%, c’est ce qui est recommandé par Nissan pour optimiser sa durée de vie. Quand j’ai des trajets plus longs à faire, j’opte pour une charge à 100%. J’ai appris à anticiper mes déplacements !

Pour aller au bout de ma démarche « écologique », j’ai opté pour un abonnement « 100% vert » chez Energie de Strasbourg qui engage mon fournisseur d’électricité à produire (ou à racheter) l’équivalent de ma consommation en électricité d’origine renouvelable. C’est symbolique, mais important à mes yeux.

Au total, j’estime que mes déplacements en voiture me coûtent en moyenne tous les mois une quinzaine ou une vingtaine d’euros d’électricité pour entre 800 et 1000 km. Comme expliqué précédemment, l’électricité consommée par la voiture varie beaucoup en fonction des conditions d’utilisation.

Article à relire :
– La voiture électrique et le nucléaire sont-ils indissociables ?
Installation d’une borne de recharge pour voiture électrique en copropriété
Voiture électrique : la recharge à domicile

La recharge en lieux publics

La recharge de ma voiture électrique dans un parking à Strasbourg.

Bien que la quasi-totalité de mes recharges se fasse à mon domicile, j’apprécie aussi de retrouver des bornes de recharge dans les parkings strasbourgeois, notamment quand je me rends au centre-ville. L’avantage est que la recharge est gratuite pour l’instant, ce qui permet de compenser le coût du parking, qui lui est payant. Ces prises sont notamment utiles lors des journées-marathon ou j’ai beaucoup de déplacements à faire.

Ce qui est plus gênant, c’est lorsque j’ai véritablement besoin de recharger sur une borne publique et que je retrouve toutes les places réservées aux véhicules électriques squattées par des automobilistes peu scrupuleux. Ça c’est vraiment pénible, et en même temps on peut comprendre que les gens se soient habitués à voir ces places vides… mais c’est entrain de changer, surtout ici en Alsace !

Autre endroit pour recharger : la borne de charge rapide mise en place à Haguenau. En 20 minutes, je recharge ma batterie à 80%, ce qui augmente considérablement mon rayon de déplacement autour de Strasbourg. J’espère que ce type d’infrastructure va pouvoir se développer dans les prochaines années, cela renforce l’attractivité de la voiture électrique en autorisant des trajets plus longs. Et ça rassure.

Article à relire : Première recharge sur un point de charge public

Les curieux

J’ai eu l’occasion de présenter ma voiture électrique à de nombreuses personnes et de la faire essayer à d’autres automobilistes. Ce qui est incroyable, c’est le capital-sympathie qu’elle possède aux yeux de tout le monde et l’enthousiasme qu’elle génère pour ceux qui l’essaient. Si les curieux sont parfois étonnés qu’il s’agisse d’un véhicule 100% électrique et non d’un hybride, ils sont immédiatement séduits par le concept lors qu’ils ont l’occasion d’essayer la voiture.

Les remarques que j’entends le plus souvent sont « mais c’est une vraie voiture ! », « ah ouais, c’est l’avenir » ou encore « j’en ai entendu parler, ça m’intéresse d’en savoir plus car je veux changer ma voiture ». Le silence de conduite est ce qui intrigue le plus, avec inévitablement des questions sur la dangerosité pour les piétons. La Nissan LEAF, comme la plupart des voitures électriques, émet un léger son extérieur pour prévenir les piétons quand on roule en dessous de 30 km/h. Au dessus, le bruit de roulement des pneus est suffisant pour qu’on entende la voiture arriver.

Les points à améliorer

La recharge d'une voiture électrique quand il fait froid.

Les conditions sont parfois extrêmes en Alsace :-)

Je suis vraiment satisfait de mon passage à la voiture électrique, car elle est adaptée à mon mode de vie. J’aime son silence de fonctionnement. Une fois qu’on a goûté à ce confort, je crois qu’il est difficile de revenir en arrière ! Si je devais citer quelque chose à améliorer, ce serait le chauffage et la climatisation impactent encore beaucoup l’autonomie, ce qui est dommage et peut limiter certains trajets, notamment en hiver.

Le prix de ces véhicules est encore élevé et j’espère qu’il baissera dans les années à venir pour permettre au plus grand nombre de rouler électrique. Une fois achetée, la voiture électrique ne coûte ensuite plus grand chose à l’usage : son besoin d’entretien est faible et il ne faut que 2 euros d’électricité pour faire 100 km. Sans parler de la fierté de rouler dans une voiture qui n’émet pas de gaz d’échappement et qui ne fait pas de bruit !

Pour relire tous mes articles sur le sujet : Vivre-Electrique.fr

Notez cet article