Les véhicules électriques sont sur le point d’envahir les rues : le basculement du marché aura lieu à partir de 2020. En Europe 16 usines de cellules pour batteries sont en construction ou en projet, elles devraient pouvoir équiper tous les véhicules électriques produits sur notre cotinent dès 2023. Ces prévisions figurent dans un rapport publié récemment par l’ONG Transport & Environment.

Jusqu’il y a peu, le marché des véhicules électriques était un marché de niche. Il s’adressait principalement aux utilisateurs précoces, les « early adopters ». Mais selon Transport & Environment (T&E), une organisation qui fédère une cinquantaine d’associations européennes, la plupart des constructeurs automobiles s’apprêtent à électrifier résolument leur flotte et à lancer sur le marché de nombreux nouveaux modèles branchés.

Ceux qui, à l’image du groupe Fiat-Chrysler ou de Toyota, affichaient encore récemment leur prudence voire leur scepticisme vis-à-vis des véhicules à « émission zéro », semblent maintenant décidés à prendre le train en marche et se lancent à leur tour dans la course à l’électrification. Pour T&E les ventes de véhicules branchés évolueront progressivement vers un marché de masse, et le basculement interviendra dès 2020/2021.

Publicité


L’ONG a sondé les projets des différents constructeurs. Le rapport qu’elle publie (téléchargeable en-dessous de cet article) indique dans quels pays européens les voitures électriques et les batteries seront produites dans le futur. Elle vérifie également si les plans des constructeurs sont de nature à satisfaire à la demande européenne d’ici 2025.

Après plusieurs années de croissance timide, le nombre de modèles électriques produits dans l’UE est sur le point de s’envoler. Alors que fin 2018 il n’y avait encore qu’une soixantaine de modèles électriques rechargeables disponibles sur le marché, les annonces des constructeurs indiquent qu’il devrait y en avoir 176 en 2020, 214 en 2021 et 333 en 2025. Cette brusque croissance à partir de 2020/21 se comprend aisément : c’est à ce moment qu’entrera en vigueur la directive européenne qui fixe une norme d’émission de 95 g de CO2 / km pour la moyenne des véhicules vendus par un constructeur. Ceux qui ne pourront pas atteindre cet objectif devront payer des amendes.

Sur la base des prévisions de production collectées par T&E, le nombre de véhicules électriques légers assemblés en Europe devrait être multiplié par six entre 2019 et 2025 pour atteindre 4 millions de voitures et d’utilitaires légers par an. Cela représente plus d’un cinquième du volume de production des constructeurs automobiles dans l’UE. A noter qu’il s’agit d’une estimation prudente puisque seuls les grands constructeurs ont été pris en considération. Les nombreuses startups qui s’apprêtent à entrer sur le marché comme par exemple Sono Motors (constructeur de la Sion), Uniti, Micro Moblity Systems (concepteur de la Microlino), e.Go Mobile ou MW Motors (Luka EV), n’ont pas été inclus dans cette prévision.

L’étude de l’ONG montre que si les différentes marques respectent leurs plans, cela sera largement suffisant pour se conformer aux objectifs européens de restriction des émissions de CO2 des voitures, fixés pour 2025.
Autre enseignement intéressant du rapport de T&E : les constructeurs européens adoptent majoritairement la technologie du véhicule à batteries 100 % électrique qui devrait atteindre en 2025 une part de marché de presque 60 % des véhicules « propres » pour environ 40 % aux hybrides rechargeables. Les ventes d’autres motorisations « vertes » devraient être négligeables, les véhicules au gaz (CNG) représentant moins de 1 % de la production et les piles à combustible (hydrogène) à peine 0,05 %.

La Slovaquie sera, proportionnellement à sa population, le pays qui produira le plus de véhicules électriques, suivie de l’Allemagne

Fourniture de cellules pour batteries

La fourniture de batteries fabriquées sur notre continent devrait également être suffisante en 2023, à condition que les projets actuels se confirment. Aujourd’hui, au moins 16 grandes usines européennes de fabrication de cellules pour batteries lithium-ion sont opérationnelles, en construction ou en projet. Elles devraient permettre d’atteindre une capacité de production de 131 GWh en 2023 et 274 GWh en 2028. Or T&E estime qu’il faudra en 2023 une capacité de production de cellules de 130 GWh pour équiper les voitures, fourgonnettes, autobus et camions électriques qui seront assemblés cette année-là. En d’autres termes, dans 4 ans, les constructeurs européens ne devraient plus dépendre des usines asiatiques de cellules pour batteries.

L’étude de Transport & Environment

Publicité