EV Battery Rebuilds propose aux possesseurs des Nissan Leaf d’anciennes générations de remplacer le pack d’origine par un nouvel assemblage maison supportant mieux la chaleur. Et ce, en portant la capacité énergétique de 24 ou 30 kWh à 34, 42,6 ou 64 kWh. De quoi passer approximativement de 175 à plus de 425 kilomètres d’autonomie.

Evolution technologique

Au final, depuis une dizaine d’années, le pack de la compacte électrique du constructeur japonais n’a pas vraiment changé. Même sur la Leaf 2, on retrouve un coffrage hermétique de même encombrement avec une disposition similaire des éléments à l’intérieur.



Grâce aux progrès réalisés avec la technologie lithium-ion, une augmentation progressive de la capacité énergétique de 24 à 64 kWh, en passant par des paliers à 30 et 40 kWh, a été possible. Les cellules du fabricant AESC exploitées par Nissan sont d’origine assemblées en nombre de 24 ou 48 dans la batterie.

Des cellules plus résistantes à la chaleur

La société espagnole, installée aussi au Mexique et bientôt aux Etats-Unis, justifie son offre par 2 raisons principales. Tout d’abord des packs constructeur qui supportent de moins en moins la chaleur au point que des recharges rapides répétées ou des températures extérieures élevées altèrent de façon précoce la batterie, et donc l’autonomie du véhicule. En cause un refroidissement par air toujours moins efficace en raison d’un espace interne qui se réduit.

EV Battery Rebuilds certifie que les éléments fournis par le coréen LG Chem bénéficient, non seulement d’une meilleure densité énergétique, mais supportent aussi des températures jusqu’à 55°C, et même au-dessus temporairement, sans dommages irréversibles. « C’est parfait pour une recharge rapide, un temps chaud et la longévité de la batterie ! », promet l’entreprise espagnole.

Pas de risque d’explosion ou d’incendie

Sur son site Internet, EV Battery Rebuilds indique que les cellules LG Chem de 30 x 10 cm, pour une épaisseur de 1,4 cm, sont capables de résister à la plupart des mauvais traitements sans exploser ni s’enflammer. Ainsi en cas d’écrasement, de torsion, de pénétration d’un élément étranger, de court-circuit, de dépassement des limites de recharge et de décharge, de soumission à des températures très élevées.

La plage optimum de fonctionnement de ces éléments est de 10 à 45°C. Ils peuvent cependant supporter temporairement aussi des ambiances glaciales, jusqu’à -30°C.

Moins cher

Autres avantages avancés par EV Battery Rebuilds concernant son offre : bénéficier de versions de cellules plus récentes, d’une capacité énergétique étendue, et d’un coût de transformation plus léger que les tarifs pratiqués par Nissan.

La grille commence à 7.750, 9.500 et 14.000 euros respectivement pour les packs maison 34 kWh (192 cellules neuves LG Chem 48,3 Ah – 3,7 V), 42,6 kWh (192 cellules LG Chem 60 Ah – 3,7 V) et 64 kWh (288 cellules LG Chem 60 Ah – 3,7 V). Ces prix supposent d’abandonner à l’entreprise espagnole les anciens éléments qui seront exploités dans des unités de stockage stationnaires de centrales solaires. Pour 1.500 euros de plus, le client pourra récupérer ses anciennes cellules.

EV Battery Rebuilds accorde une garantie de 2 ans ou 150.000 km sur l’ensemble. Un guide d’instructions est inclus pour procéder au démontage et au remontage du pack.



Que comprennent ces tarifs ?

Ces tarifs sont valables pour l’Europe, comprenant : l’envoi à domicile ou chez votre garagiste d’un conteneur pour récupérer la batterie d’origine, le retour de l’ensemble chez EV Battery Rebuilds, la transformation pièces et main d’œuvre y compris l’ajout de la passerelle Can Bus, et l’expédition du nouveau pack prêt à être installé.

L’entreprise espagnole souligne que l’implantation de la passerelle Can Bus est nécessaire pour obtenir sur l’afficheur du tableau de bord les nouvelles valeurs d’autonomie, permettre les recharges rapides selon la meilleure courbe de puissance, éliminer tous les problèmes de communications BMS.

Un écran LCD est fourni avec son kit de montage pour l’installer au tableau de bord. Il restitue l’autonomie en kilomètres (ou miles) et en pourcentage, la tension du pack principal, les tensions cellulaires maximales et minimales avec les différences en mV, les flux de courant en ampères et kW, l’énergie disponible dans la batterie, et la température des cellules.

Nouvelles autonomies variables

Les autonomies permises par les nouveaux packs dépendent des modèles de Nissan Leaf. Elles sont approximativement, selon les standards WLTP, pour le pack 34 kWh de 190 km avec une Leaf 2011, 215 km avec le modèle 2015, et 225 km avec la compacte électrique de 2016. Ces valeurs passent respectivement à 245, 275 et 290 km avec la batterie 42,6 kWh. Pour la capacité la plus élevée – 64 kWh -, les chiffres grimpent à 370, 415 et 435 km.

A noter que le tout premier upgrade 24-64 kWh a été réalisé en ce mois de juin 2020 sur une Leaf de plus de 200.000 km, après plus de 45 jours de travail et un développement logiciel spécifique pour la passerelle Can Bus. Fière de cette opération, EV Battery Rebuilds a mis en ligne une vidéo de presque 15 minutes qui permet de visualiser les grandes étapes de cette prestation.