Pollution automobile

Une étude parue publiée dans le British Medical Journal révèle que la pollution automobile augmenterait d’un pourcent le risque d’infarctus, et cela jusqu’à 6 heures après l’exposition.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont étudié 79 288 cas d’infarctus répartis dans 15 villes durant 3 ans. La pollution atmosphérique épaissit le sang, ce qui augmente l’exposition au risque. Plus précisément, le risque augmente d’1,1% chaque fois que la concentration de dioxyde d’azote augmente de 10mg par m3 d’air, et de 1,2% pour chaque augmentation de 10mg de particules fines dans l’air.



« Cette étude à grande échelle démontre que le risque de crise cardiaque augmente pendant les six heures suivant l’inhalation de gaz d’échappement. Nous savons que la pollution peut avoir des effets majeurs sur la santé cardiaque, car elle peut épaissir le sang et provoquer des caillots. Nous conseillons aux personnes qui ont des problèmes cardiaques d’éviter les zones où le trafic est intense. » explique Jeremy Pearson, professeur à la British Heart Foundation.

Une preuve de plus, si il en fallait, que la pollution automobile impacte considérablement nos organismes, et qu’il est urgent de trouver des solutions à ce problème de santé publique. Pour moi, la voiture électrique constitue la réponse la plus logique sur le long terme, même si il est important de continuer à progresser sur la réduction des émissions au niveaux des véhicules actuels et la limitation de la circulation dans les agglomérations.

Source : 20 Minutes via Caradisiac
Consulter l’étudeThe effects of hourly differences in air pollution on the risk of myocardial infarction: case crossover analysis of the MINAP database