James Gawley est un jeune designer industriel californien. Il s’est amusé à appliquer à la moto plusieurs des choix esthétiques et technologiques que le constructeur de Palo Alto a effectué pour ses voitures électriques.

Selon la mission de Tesla

Sa recette fonctionne très bien, comme on peut le constater sur son visuel qui rassemble une Model S et son deux-roues que l’on imagine particulièrement survolté. Le tout est judicieusement mis en perspective par cette phrase de présentation Tesla : « La mission de Tesla est d’accélérer la transition mondiale vers un schéma énergétique durable ».



« La Model M reprend le design classe et élégant de la Model S et se présente sous l’apparence générale d’une moto de style à la fois standard et sport-touring », commente James Gawley.

Tout est sous le carénage

En dessinant sa moto électrique idéale à la sauce Tesla, le designer a pris soin de penser aussi à certains impératifs. Ainsi le placement de la batterie dans la partie basse du carénage pour assurer une bonne stabilité à la machine, et le refroidissement du pack par un passage de l’air à travers la moto.

Où se trouve donc le connecteur de recharge ? On ne le voit nulle part ! Il est caché, et apparaîtra automatiquement en approchant de la selle un câble compatible.

Tablette numérique tactile

Une des plus belles réussites de James Gawley, sur son concept, est l’adaptation et l’intégration de l’affichage numérique Tesla sur une tablette qui prend la place de l’habituel réservoir d’essence. Le compteur de vitesse en occupe la partie haute, et le GPS l’autre extrémité. On imagine à peine Tesla faire autrement !

Cette tablette serait incurvée et posséderait un dispositif d’adaptation de la luminosité en fonction de celle de l’extérieur, afin de ne pas perturber l’utilisateur. On y trouverait aussi le niveau de charge de la batterie, et le pilotage des fonctions du véhicule, comme sur une voiture électrique Tesla.

Des équipements revus

Clé numérique en poche, la moto déploie les repose-pieds comme pour saluer le pilote lorsqu’il approche. Ils se rétractent automatiquement s’il s’éloigne. Cet équipement supporte aussi les clignotants. Comme la béquille, le design des repose-pieds est inspiré des poignées de porte de la Model S.



Pas de rétroviseurs : les images capturées par les caméras installées près du feu arrière sont diffusées, au dessus de la tablette incurvée, sur 2 écrans spécifiques dont la luminosité varie également afin de ne pas éblouir ou distraire le motard.

On s’y croirait !

Une suspension pneumatique intelligente adapte la hauteur de la moto à la vitesse et au profil de la route, afin de réduire la résistance à l’air, et donc de préserver l’autonomie sans sacrifier les performances.

« Quand vous passez votre ordre de commande d’une Model M auprès de votre revendeur Tesla, vous avez la possibilité de choisir la couleur du carénage et celle des roues, la texture et le matériau des poignées et de la selle… », s’amuse à indiquer James Gawley. Bref, on signe où !?