Formultec EF01

J’ai pu rencontrer l’équipe de Segula Technologies, qui développe l’EF01, une voiture de course électrique équivalente à une F3000. Elle préfigure la voiture qui sera utilisée pour la compétition organisée par Formulec en 2012.

En passant du côté du circuit au challenge Bibendum, j’ai été interpellé par un drôle de bruit : il s’agissait de l’EF01 qui faisait quelques tours de piste. La voiture s’arrête en début de ligne droite, tente un départ arrêté… et clac ! Elle s’immobilise pendant 30 secondes, comme si elle avait calé, puis repart normalement. Intriguant !

Publicité


Alexandre Filloux, chef de projet chez Segula Technologies qui a conçu la voiture, m’a donné l’explication de cet « incident ». Le tarmac du Temperhof, un ancien aéroport à Berlin où est installé le circuit, est tellement adhérent que la puissance de la voiture passe très bien au sol. Du coup, quand c’est le couple est trop élevé, le système électronique coupe le circuit automatiquement par mesure de sécurité. C’est un peu technique, et j’espère que j’ai compris correctement, mais ça illustre bien la puissance de la bête !

Revenons un moment sur les caractéristiques de l’EF01 : une accélération de 0 à 100 km en 3s (performance proche d’une formule 1), une vitesse maximale de 260 km/h et une autonomie en course de 20 à 25 minutes (une course de F3000 dure 30 min). Pour arriver à ces résultats, la voiture a été allégée au maximum et pèse 700 kg. Elle embarque des batteries lithium-ion qui alimentent les deux moteurs électriques. Une boîte de vitesse à deux rapports transmet la puissance aux roues : la première vitesse pour l’accélération, la seconde pour atteindre la vitesse max.

Le bruit si particulier de l’EF01 provient des vibrations de la boîte de vitesse qui est directement fixée de façon rigide sur le châssis. C’est plus pertinent que les haut-parleurs qu’avait envisagé l’équipe pour bruiter la voiture ! Je vous laisse en juger dans cette petite vidéo :

Le budget pour arriver à construire cette voiture hors normes est de 2,5 à 3 millions d’euros, et il a fallut regrouper tout un tas de partenaires afin de le financer. La prochaine étape du projet est désormais d’en produire une vingtaine qui seront utilisées dans le cadre du championnat électrique que prépare Formulec pour 2012.

Même si les équipes rouleront dans des voitures identiques, les réglages joueront pour beaucoup dans la compétition. Les pilotes peuvent par exemple régler la sensibilité de l’accélération ou encore la récupération d’énergie au freinage, directement derrière le volant.

Voilà un projet passionnant, et il me tarde de voir les premières courses sur circuit, en espérant que le public apprécie le spectacle (et le bruit) !

Publicité