24 heures du Mans

Ce week-end ont lieu les tests pour les 24 heures du Mans. Ce dimanche 3 juin 2012, le circuit sera opérationnel sur toute sa longueur, soit 13,6 km. La véritable course aura lieu dans deux semaines, les 16 et 17 juin 2012.

Cette année Audi et Peugeot devaient s’affronter de nouveau en LMP1, mais avec la technologie hybride diesel. La Peugeot Hybride 4 était opérationnelle et Toyota devait participer avec des voitures hybrides essence. Mais coup de tonnerre, le jour même de l’annonce officielle de la liste des participants, le 18 janvier 2012, Peugeot annonce son retrait de la course d’endurance, laissant plus de 150 personnes sur le carreau.

L’analyse d’Henri Pescarolo est sans langue de bois : « C’est mauvais pour eux, c’est mauvais pour les pilotes parce que les autres écuries ont déjà recruté les leurs, c’est mauvais pour la France qui passe pour un pays où la crise casse tout, c’est mauvais pour Peugeot, c’est mauvais pour le sport, mauvais pour le Championnat du Monde qui vient d’être créé, et c’est même mauvais pour nous, cela donne une triste image de l’endurance » (source).

Par défi, l’équipe de Peugeot Sport fera une démonstration à Satory de sa Peugeot 908 Hybride 4 :

Un vrai gâchis, symbole de la médiocrité de dirigeants français : quand vous lancez des voitures hybride diesel de série, pourquoi abandonner la course d’endurance, qui est une vitrine fabuleuse ? Depuis la première participation aux 24 heures du Mans en 1999, le constructeur allemand Audi a connu 83 % d’augmentation de ses ventes (625 807 en 1999 et 1 143 902 en 2010).

Passons…

Pour les 24 heures du Mans 2012, Audi va aligner deux voitures avec la technologie Hybride, voiture 1 et 2, Audi R18 eTron Quattro. Le moteur diesel de 510 chevaux propulsera comme toujours le train arrière, mais un volant d’inertie va engranger de l’énergie pendant des phases de freinage (Maximum 500 joules, sur des portions définies par l’ACO). Cette énergie sera restituée au delà de 120 km/h sur deux moteurs électriques de 75 kW installés sur le train avant.

Toyota a fait un choix différent avec sa TS030. La motorisation est un moteur de 510 chevaux essence, mais avec des super condensateurs pour engranger de l’énergie dans les phases de freinage. Les règles sont les mêmes que pour le diesel. L’énergie sera restituée via deux moteurs électriques, un sur le train avant et un sur le train arrière.

L’idée n’est pas mauvaise : en freinage le meilleur train pour récupérer de l’énergie est certes le train avant, mais il vaut mieux restituer de l’énergie sur le train arrière pour augmenter la propulsion.

Alors dès aujourd’hui, les paris sont ouverts ! D’après vous, qui va gagner les 24 heures du Mans 2012 : une voiture hybride électrique diesel ou une voiture hybride électrique essence ?

Nous publierons très prochainement le compte-rendu et les photos de mon week-end à la rencontre des différentes équipes…