A Toulouse, Automobile-Propre a pu prendre le volant de la quatrième génération de Smart électriques. L’occasion de vous donner nos impressions à bord des nouvelles ForTwo et ForFour Electric Drive.

4ème génération

L’histoire de la Smart électrique n’est pas récente puisqu’elle débute en 2007. A l’époque, le constructeur avait lancé une centaine d’exemplaires équipés de batteries Zebra dans les rues de Londres. Un test qui a permis de valider l’industrialisation du modèle et le lancement de deux nouvelles générations en 2008 puis en 2012. En 2017, nous en sommes donc à la 4ème génération de Smart électrique qui, pour la première fois, est proposée sur l’intégralité de la gamme : ForTwo Coupé, ForTwo Cabrio et surtout ForFour, déclinée pour la première fois en version électrique.

 

Côté technique, cette quatrième génération de Smart électrique n’évolue que très peu par rapport à la génération précédente. Reposant sur le même châssis que la nouvelle Renault Twingo, ces nouvelles Smart électriques bénéficient d’un moteur fabriqué par le constructeur au losange sur son site de Cléon. Délivrant 60 kW et 160 Nm de couple, il est à peine plus puissant que l’ancienne génération (55 kW), et autorise 130 km/h de vitesse maximale (+ 5 km/h). Comme la thermique, l’électrique est une propulsion. Résultat : un coffre au volume réduit.

Batterie : un choix pragmatique

Côté batterie, pas de gros changement avec un pack composé de 96 cellules à la capacité strictemetn identique à la génération précédente (17.6 kWh). Fourni par Deutsche Accumotive, une filiale de Diamler, ses composants chimiques auraient toutefois été améliorés par rapport à l’ancienne version. Alors que la plupart des constructeurs choisissent de monter en capacité sur leurs batteries, Smart semble voguer à contre-courant de la tendance en restant campé sur sa position.

« L’autonomie est adaptée aux besoins. Les clients parcourent en moyenne 40 kilomètres par jour » n’a pas manqué de rappeler Annette Winkler, directrice générale de Smart depuis 2010, évoquant 110 à 120 kilomètres d’autonomie réelle sur les 160 annoncés par le cycle NEDC. Le constructeur rappelle aussi qu’une montée en capacité de la batterie n’était pas sans conséquence sur le prix du véhicule. « Certains concurrents proposent des autonomies de 400 kilomètres mais demandent également plus de 30.000 euros » souligne Annette Winkler.

Annette Winkler, Directrice Générale de Smart, était présente lors de la conférence de presse du constructeur.

L’approche est donc on ne peut plus pragmatique et correspond effectivement largement aux déplacements des européens, d’autant que ces Smart se placent davantage comme une solution de mobilité urbaine. Pour autant, les études ont prouvé que les besoins réels des consommateurs ne collaient pas toujours avec ceux exprimés. Ces nouvelles Smart auraient eu tout à gagner à annoncer une autonomie réelle de 200 kilomètres NEDC, ne serait-ce qu’en option pour rassurer un peu plus certains utilisateurs toujours anxieux quant il s’agit de passer à l’électrique.

Quant à la recharge, cette nouvelle génération de Smart est un poil plus performante que la présence avec un temps de charge annoncé à 6 heures sur une prise domestique et à 3h30 sur une wallbox. A compter de l’automne 2017, un chargeur optionnel de 22 kW sera proposé et permettra de diminuer le temps de charge à seulement 45 minutes à 80% sur une borne adaptée.

Côté design

En ce qui concerne le design, pas grand-chose ne différencie ses versions électriques des déclinaisons thermiques, hormis les prises présentes sur chaque flanc et les marquages « Electric Drive » à l’avant et à l’arrière. Pour mieux distinguer cette version électrique, Smart propose toutefois un pack spécifique aux modèles électriques.  Baptisé Pack Design Electric Drive il se caractérise par une cellule de sécurité tridion et des coques de rétroviseurs extérieurs déclinées dans le ton exclusif vert electric green.

A l’intérieur, les lignes sont également très semblables aux versions thermiques. Ces nouvelles smart électriques se distinguent toutefois par une instrumentation supplémentaire. Située à gauche sur le tableau de bord, celle-ci permet d’afficher la puissance instantanée et le niveau de charge de la batterie.

Au niveau de l’ordinateur de bord, ces Smart électriques reçoivent également quelques fonctionnalités spécifiques comme le suivi des consommations, les flux d’énergies en temps réel où encore un indicateur de puissance instantané qui informe des puissances délivrées au moteur et aux équipements auxiliaires. Côté connectivité, l’application SmartControl permet, entre autre, de programmer la charge de la batterie et la pré-climatisation de l’habitacle via son mobile.

Autonomie : limitée à la ville ?

Quelle autonomie réelle pour cette nouvelle génération de Smart électrique ? A Toulouse, nous avons pu prendre en main les versions deux et quatre places et réaliser quelques trajets en alternant urbain et extra-urbain.

Pour optimiser l’autonomie, nous avons choisi de rouler majoritairement avec le mode Eco qui vient limiter la vitesse de pointe et la réponse de l’accélérateur tout en actionnant le niveau maximal pour la récupération d’énergie. Selon le tableau de bord, ce mode Eco permettrait de bénéficier d’environ 10 % d’autonomie supplémentaire par rapport au mode classique. En pratique, il est amplement suffisant pour la majeure partie des usages mis à part lorsqu’il s’agit d’aborder une forte côte ou de réaliser un départ un peu plus vif pour s’insérer dans un rond point ou dans le flux de circulation. Dans ce cas, le mode Eco est un peu mollasson et imposera de repasser brièvement en mode classique.

Quant à nos chiffres d’autonomie, comme les essais constructeurs sont toujours un peu « speed », nous n’avons jamais réellement pu pousser la voiture jusqu’au bout de son autonomie. Le plus long trajet que nous avons pu réaliser était de 97 km à bord de la ForFour sur un parcours alternant la ville et l’extra-urbain. A la fin de l’essai, le tableau de bord estimait l’autonomie restante à 30 km pour une batterie chargée à 21 %, ce qui nous amène à une autonomie « théorique » de près de 130 kilomètres dans les conditions de notre essai, soit une conduite assez cool sans utilisation d’auxiliaires énergivores comme le chauffage ou la climatisation.  Lors d’un autre trajet, nous avons consommé 40 % de la batterie pour parcourir 47 kilomètres. Au final, on aboutit à des autonomies réelles de 100 à 130 kilomètres en climat tempéré et de 80 – 110 km dans des conditions plus difficiles où certains auxiliaires comme le chauffage sont sollicités.

A l’aise en toutes circonstances

Si on l’imagine plutôt réservée à la ville, la Smart électrique est tout aussi agréable à conduire en dehors. Au volant, notre préférence va tout de même à la version deux places. D’une part parce qu’elle semble un plus souple que la version quatre places lorsqu’il s’agit de franchir un dos d’âne ou d’aborder une route abimée mais surtout parce qu’elle dispose d’une maniabilité exceptionnelle avec un rayon de braquage de seulement 6.95 m. A titre de comparaison, le rayon de braquage d’une Zoé est de 10.56 m et celui de la ForFour de 8,65 m.

En termes de puissance, pas de grosse différence entre les deux modèles qui partagent la même motorisation. Si la ForFour est un peu moins vive que la ForTwo selon la fiche technique du constructeur pour le passage de 0 à 100 km/h (11.5 s VS 12.7s), nous n’avons pas vraiment pu le ressentir lors de l’essai.

Première idée des tarifs

Côté prix, Daimler n’a pas encore calé l’intégralité de sa grille tarifaire pour la France et se limite à un premier aperçu des prix de ses trois modèles, annonçant un prix de vente débutant à partir de 22.950 € pour la ForTwo Coupé, de 26 250 € pour la ForTwo Cabrio et de 23.850 € pour la ForFour, le tout assorti d’une garantie de 8 ans ou 100.000 km sur la batterie, comprise dans le prix.

Concrètement, il n’y a donc que 1000 euros de différence entre une ForTwo et une ForFour. Par rapport à la Smart ForTwo de 3ème génération, cette nouvelle Smart est aussi 1000 euros moins chères.

En déduisant bonus et superbonus, le prix d’une Smart électrique peut ainsi descendre à 12.950 € euros batterie comprise. De quoi rivaliser avec d’autres modèles comme la iOn, la C-Zero où même la Zoé pour celles et ceux pour qui l’autonomie restreinte n’est pas un problème.

A noter que Smart ne propose plus de location batterie comme cela était le cas sur la précédente génération. Dommage…

ForTwo Coupé ForTwo Cabrio ForFour
Prix TTC batterie incluse 22 950 € 26 250 € 23 850€
Prix TTC avec bonus 16 950 € 20 250 € 17 850 €
Prix TTC avec superbonus (mise à la casse d’un diesel immatriculé avant le 01.01.2006) 12 950 € 16.250 € 13.850 €

Modèle allemand oblige, il faudra remettre la main à la poche pour avoir un modèle bien équipé. A priori, l’écran tactile 7 pouces fera partie des options tout comme l’écran TFT 8.9 cm intégré derrière le volant. Smart proposera également des pack spécifiques comme un pack hiver intégrant volant et sièges chauffants (aussi à l’arrière sur la ForFour), isolation renforcée des portes et pré-climatisation activable via Smartphone grâce à l’application « Smart Control » qui permet d’accéder à distance à de nombreuses fonctionnalités de la voiture. Parmi les autres équipements optionnels figurent un générateur de son qui permettra de signaler la présence de la voiture en dessous de 30 km/h et le fameux chargeur 22 kW qui n’arrivera qu’à l’automne. Pour l’heure, Smart ne communique pas de détails quant aux montants de ces options en France.

Personnalisable à l’infini

Le gros avantage de ces Smart électriques est de pouvoir bénéficier de toutes les possibilités de personnalisation offertes sur les modèles classique. Alors que trois lignes d’aménagement intérieur sont proposées, les clients auront également accès au vaste programme de personnalisation Smart Brabus avec d’innombrables coloris, tant extérieur qu’intérieur, et des packs spécifiques. Bien évidemment, le prix ne sera pas le même que le modèle de base…

Série spéciale spéciale Smart Electric Drive Greenflash

Cherchant à marquer l’arriver de ces nouvelles Smart sur le marché, le constructeur lance un série spéciale. Baptisée Smart Electric Drive Greenflash, elle est uniquement disponible sur les ForTwo Coupé et Cabrio et met l’accent sur l’originalité avec des inserts décoratifs vert électrique associés à un panoplie d’équipements supplémentaires tels que le Pack vision ou des jantes en alliage Brabus 16 pouces noires. La cellule de sécurité tridion et la grille de calandre sont également traitées en noir, tandis que les coques de rétroviseur extérieur s’affichent dans un ton vert electric green très voyant.

Côté prix, comptez 28 500 euros TTC  pour la Coupé et 31.800 € TTC pour la version Cabrio hors bonus écologique.

Pour conclure : petite batterie mais gros potentiel

Là où la plupart des compétiteurs proposent désormais des autonomies réelles supérieures à 200 kilomètre,  Smart adopte une toute autre approche et mise sur d’autres arguments pour séduire avec une nouvelle gamme électrique à la fois accessible, agréable à conduire et totalement adaptée aux besoins citadins.

Avec la fermeture progressive des centres-villes aux véhicules thermiques et le développement de zones « zéro émissions » à travers l’Europe, le constructeur allemand a une grosse carte à jouer, notamment dans les dispositifs d’autopartage qui se multiplient un peu partout dans le monde. A ce titre, le constructeur nous donne d’ores et déjà rendez-vous au salon de l’automobile de Francfort, en septembre, pour la présentation d’un nouveau concept dans le domaine.

Quant aux professionnels et au grand public, reste maintenant à savoir si les concessionnaires de la marque seront motivés à « pousser » cette offre électrique et si les clients sauront se contenter de l’autonomie proposée…

Smart électrique : notre essai en vidéo

En savoir plus :

 

Essai : au volant des Smart ForTwo et ForFour électriques
3.7 (73.33%) 6 vote[s]