Révélé à la fin du mois de septembre au salon IAA Transportation de Hanovre, le nouvel Iveco eDaily gagne en modularité et en autonomie. Nous avons pu nous rendre au siège du constructeur, à Turin, pour une première prise en main.

Entre la multiplication des ZFE qui booste la demande et les contraintes CO2 imposées par l’Europe, les choses s’accélèrent sur le marché des utilitaires. D’abord concentrée sur les segments petits et moyens volumes, l’offensive des constructeurs s’étend désormais aux véhicules lourds avec une offre de plus en plus en phase avec les besoins des professionnels. Star de la gamme d’utilitaires Iveco, le Daily arrive ainsi dans une nouvelle version électrique aux caractéristiques beaucoup plus séduisantes…

Une autonomie sur mesure

Une, deux ou trois batteries. Si la plupart de ses concurrents misent sur des configurations techniques souvent uniques, le nouveau Daily électrique jour la carte de la modularité au niveau de ses batteries. Une façon de mieux s’adapter aux différents besoins, mais aussi de mieux échelonner les coûts.

Dotés de cellules et de modules provenant de l’usine berlinoise du chinois Microvast, les packs sont directement assemblés par FPT Industrial. Chaque pack cumule 37 kWh de capacité nominale, dont 35 kWh utiles. Le premier est directement installé sous la cabine et les deux autres sous le châssis, à la queue-leu-leu, pour conserver les volumes de chargement. L’autonomie va forcément dépendre de la charge utile, mais aussi de la configuration choisie. En partant sur 80 à 120 km par pack, on peut tabler sur une autonomie maximale dépassant facilement les 300 kilomètres avec les 111 kWh cumulés des trois packs batteries (105 kWh utiles). En cycle urbain, le constructeur promet même jusqu’à 400 kilomètres avec une charge ! En matière de garantie, Iveco joue la carte de la réassurance avec une batterie couverte sur 8 ans et jusqu’à 250 000 km à 80 % de sa capacité.

PTAC 1 batterie 2 batteries 3 batteries
3.5 t 120 km 235 km
4.25 t 110 km 200 km 300 km
5.2 t 185 km 260 km
7.2 t 120 km 180 km

L’Iveco eDaily dans sa configuration à trois batteries (le 3e pack est placé sous la cabine)

Côté recharge, l’utilitaire électrique du constructeur italien est plutôt bien calibré. Si on regrette que la charge en courant continu ne dépasse pas les 80 kW (surtout sur la config à 3 packs), la configuration en courant alternatif peut grimper jusqu’à 22 kW !

Point intéressant : le nouveau eDaily propose une fonctionnalité V2L permettant d’utiliser l’énergie emmagasinée dans la batterie comme solution de charge pour des équipements auxiliaires. Si elle peut paraitre gadget sur les voitures particulières, cette solution prend tout son sens pour les applications professionnelles où il n’est pas rare d’avoir à faire fonctionner certains équipements électriques essentiels à l’activité. En pratique, différents niveaux sont proposés avec des niveaux de puissance allant jusqu’à 15 kW pour l’alimentation de groupes froids ou d’équipements spécifiques. Pour les applications les plus lourdes, Iveco propose même un moteur électrique additionnel en option.

Située sur la calandre, la trappe de recharge accueille un connecteur Combo

Une gamme complète

Hormis quelques subtiles évolutions esthétiques, le nouveau Daily électrique hérite des mêmes lignes que la gamme thermique.  Affublé du nouveau logo du constructeur, il ne fait aucune concession par rapport à ses cousins diesel. Proposé en versions fourgon, cabine, cabine double, châssis ou encore minibus, le nouveau Daily électrique s’étend de 3.5 à 7.2 tonnes de PTAC avec des versions en roues simples et roues jumelées. Il accède aussi à l’ensemble des équipements proposés sur la gamme thermique mais aussi aux transformations des équipementiers partenaires.

Côté motorisation, la configuration est unique mais beaucoup plus polyvalente que certains concurrents. Fourni par le français Actia, le moteur du nouveau Daily électrique délivre jusqu’à 140 kW (190 ch) de puissance et 400 Nm de couple pour une vitesse de pointe de 120 km/h. Si sera sans doute un peu juste pour les versions à gros PTAC, c’est bien mieux que le nouveau Renault Master qui, avec 57 kW et 100 km/h, reste cantonné à un usage strictement urbain et péri-urbain.

Le nouveau Daily ne fait évidemment pas l’impasse sur la connectivité, devenue incontournable pour les pros. A l’application mobile permettant au chauffeur de suivre ses trajets, sa consommation et son niveau d’autonomie s’ajoute un portail plus global destiné aux gestionnaires de flottes. Comme son prédécesseur, il intègre les commandes vocales avec une techno basée sur le système Alexa d’Amazon.

Une production européenne

Maison mère d’Iveco, FPT Industrial s’est donné les moyens d’anticiper l’explosion de l’électrification sur les segments utilitaires et lourds. À Turin, le groupe a inauguré il y a quelques semaines une nouvelle usine baptisée ePowertrain. Etalée sur une superficie totale de 15 000 m², celle-ci comprend trois lignes de production respectivement dédiées à l’assemblage des packs batteries et des différents systèmes d’entrainements électriques pour les véhicules moyens et lourds.

A pleine capacité, l’usine de FPT sera capable de produire plus de 20 000 essieux électriques et 20 000 packs batteries par an.

Premiers tours de roues

Avec 40 petites minutes de conduite, notre prise en main du nouveau eDaily était éclair mais suffisante pour vous donner quelques chiffres.

Côté conso, nous avons réalisé une moyenne de 35 kWh/100 km sur un trajet principalement réalisé en extra-urbain avec les températures très clémentes de cette fin de mois d’octobre et une charge utile à 60 %, ce qui donne à peu près 200 kilomètres d’autonomie sur la configuration à deux batteries de notre modèle d’essai. En ville et sous réserve d’un minimum d’éco-conduite, on peut tabler sur 25 à 30 kWh/100 km de consommation moyenne.

Pour économiser des électrons, il est possible d’activer plusieurs niveaux de régénération, dont un mode « e-pedal » qui maximise l’effet du frein moteur. Malheureusement, il faut systématiquement jouer avec le sélecteur de vitesse pour moduler la régénération. C’est moins pratique que les systèmes de palettes au volant.

Il est aussi possible de choisir parmi trois modes de conduite. Si le mode « Eco » parait un peu poussif en extra-urbain (on s’est fait un peu peur sur une insertion de rond-point), les modes « Normal » et « Sport » se révèlent beaucoup plus efficaces, notamment si la charge utile est pleinement exploitée. Si les autoroutes et voies rapides ne sont évidemment pas le terrain de jeu favori de ce Daily électrique, le moteur de 140 kW fait le job et permet d’atteindre facilement les 120 km/h sur la version 3.5 t de notre modèle d’essai.

Au niveau de la conduite, l’utilitaire propose différents réglages de suspensions et offre un rayon de braquage étonnamment court. Un bon point pour un véhicule en grande partie conçu pour l’urbain.

Pour conclure

À l’heure où les entreprises peinent à trouver des solutions électriques en phase avec leurs contraintes d’exploitation sur les véhicules de gros gabarits, le nouveau Daily électrique est sans doute l’une des propositions les plus pertinentes du marché grâce à son autonomie correcte et ses nombreuses possibilités de personnalisation.

Reste à savoir si les professionnels parviendront à résoudre la délicate équation économique. Attendu en France début 2023, le nouveau eDaily est affiché à partir de 54 400 € en version châssis cabine et 56 500 € en fourgon… Un tarif d’accès qui ne comporte qu’une seule et unique batterie.  Chaque pack additionnel est ensuite facturé 16 000 €, ce qui porte le prix de la version fourgon à 88 500 € avec trois batteries. C’est encore cher, mais on semble sur la bonne voie…

À lire aussi On déménage en van électrique, round 2 : la rédemption ?