Dans le cadre de la foire eMove360° de Munich, Automobile-Propre a pu s’assoir au volant de l’e.Go Life. L’occasion de vous donner nos premières impressions de la petite citadine allemande.

Le jeune constructeur n’ayant pas encore finalisé l’homologation de la e.Go Life, la voiture au volant de laquelle je me suis assis n’était encore qu’un prototype et je n’ai pu rouler que quelques petites minutes autour d’un circuit aménagé à l’extérieur des bâtiments de la foire. Trop peu, évidemment pour vraiment tester le modèle et ses performances. Habitué à conduire quotidiennement une Zoé j’ai toutefois pu me rendre compte que le comportement en route de la version e.Go Life 60 était fort similaire à celui de la citadine au losange. Accélération, freinage, tenue de route dans les virages : j’aurais pu me croire au volant de ma Zoé. Pas très étonnant lorsqu’on constate que les performances techniques affichées pour la e.Go Life 60 sont fort similaires à celles de la Zoé : puissance de 60 kW, vitesse de croisière de 135 km/h, 0-50 km/h en 3,7 secondes et diamètre de braquage de 9 m.

Pour ce qui concerne les dimensions et le volume intérieur, par contre, les différences sont marquées. L’e.Go Life est une 2+2 places à 2 portes. L’accès à l’arrière est relativement malaisé et si les passagers avant reculent quelque peu leur siège, ceux qui se trouvent à l’arrière n’ont vraiment pas beaucoup de place pour leurs jambes.

Avec une longueur hors tout de 3348 mm, légèrement inférieure à celle d’une Smart Forfour (3495 mm)  l’e.Go Life aura évidemment l’avantage de sa petite taille pour se faufiler dans la circulation urbaine et surtout pour se garer. Mais l’exiguïté de l’habitacle et l’absence d’un coffre à bagage ne la destinent clairement pas aux familles avec enfants. Du moins comme voiture unique. Par contre elle pourra éventuellement faire l’affaire comme deuxième véhicule du ménage.

Côté look, on aime ou on n’aime pas … c’est une question de goût. Le design, en tout cas, est assez original et, personnellement, je lui trouve un certain charme. On remarquera notamment la grande vitre à l’arrière qui apporte beaucoup de lumière dans l’habitacle et dans laquelle les feux sont intégrés. L’intérieur, comme la planche de bord sont relativement sobres mais fonctionnels. Je pourrais les comparer également au degré de finition de la Zoé. Pour une citadine compacte et bon marché, on n’en attend pas davantage.  Malheureusement je n’ai pas pu tester la console centrale et son écran qui n’étaient pas actifs dans le modèle essayé.

Performances

En matière de performances, l’acheteur potentiel aura le choix entre 3 versions dont les caractéristiques sont résumées dans la fiche technique en fin d’article. Le modèle de base disposera d’une puissance de 20 kW et d’une batterie de 14,9 kWh lui conférant une vitesse de pointe de 116 km/h et une autonomie d’une centaine de kilomètres en circulation urbaine (121 km en cycle NEDC).

A l’opposé, la version e.Go Life 60 sera équipée d’un moteur de 60 kW et d’une batterie de 23,9 kWh qui lui permettront d’atteindre une vitesse maximale de 152 km/h et d’afficher une autonomie réelle d’environ 150 km (184 km NEDC). Le modèle e.Go Life 40 offre quant à lui un bon compromis entre prix et performances.

e.Go Mobile ayant scellé un partenariat avec l’équipementier Bosch, celui-ci fournira la plupart des composants essentiels de la voiture : moteur, transmission, batterie, système de direction et display. Les services après-vente seront également confiés au réseau Bosch Car Service qui dispose de 12.000 implantations dans 150 pays. Par ailleurs, la structure de la voiture est en aluminium.
La petite citadine sera donc indéniablement marquée du label “deutsche qualität”. Gunther Schuh, le boss d’e.Go Mobile et concepteur de la Life utilise d’ailleurs déjà cet atout en annonçant une durée de vie de … 100 ans !

Pour ce qui concerne les possibilités  de recharge, je suis un peu déçu : outre la faculté de se brancher sur une prise domestique l’e.Go life peut certes se connecter sur une wallbox ou une borne type 2, mais la charge est limitée à 16 A monophasé, c’est-à-dire une puissance maximale de 3,6 kW. Et le chargeur ne permet pas la charge rapide en Combo ou Chademo. Ces fonctionnalités peuvent suffire pour recharger complètement la batterie pendant une nuit, mais ne permettent pas de compter sur une recharge en cours de route pour augmenter significativement le rayon d’action. Dans sa communication le constructeur laisse toutefois entrevoir la possibilité d’une évolution future du modèle vers une charge à 7 kW.

Prix “démocratiques”

Le grand atout de l’e.Go Life, c’est évidemment ses tarifs. Le modèle de base est affiché à 15.900 €, batterie et TVA (19 %) comprises mais hors subsides à l’achat. Les deux autres versions coûteront respectivement 17.400 € et 19.900 €. Pour une voiture qui pourra être utilisée pendant un siècle (si l’on en croit Gunther Schuh) il s’agit là de prix qui devraient enfin permettre la démocratisation des véhicules électriques. L’e.Go Life sera donc, sans doute, la première voiture “branchée” accessible à tous ceux qui ne bénéficient pas d’un salaire relativement confortable.

Attention quand même : ces tarifs s’entendent pour les versions standard, hors options. A ces prix vous n’aurez le choix qu’entre 2 coloris : bleu ou blanc. Si vous préférez une autre teinte il faudra débourser entre 350 et 2.450 € supplémentaires. Vous voulez des phares LED (au lieu de lampes halogènes) … ce sera 650 €. Pour des feux anti-brouillard : 190 €. Comptez encore un supplément de 1.200 € pour le système “infotainment”, de 1.700 € pour la climatisation et de 350 € pour un câble de recharge (on ne voit pas comment s’en passer). Pour peu que vous souhaitiez un minimum de confort la facture pourra donc s’avérer un peu plus lourde que prévu.

Commercialisation et livraison

Comme nous l’avions déjà signalé dans un article précédent, le lancement de la production a pris du retard. Alors que la sortie des premiers véhicules avait été annoncée pour fin de cette année, ils ne seront probablement pas livrés avant avril 2019 à ceux qui ont déjà réservé une e.Go Life et payé un acompte. Souhaitant se concentrer sur la production, la société indique qu’il n’est actuellement plus possible de réserver par internet. Toutefois vous devriez en principe encore pouvoir le faire en vous rendant dans l’e.Go store qui s’ouvre dès ce 3 novembre à Cologne, Hohe strasse 55 (ouvert du lundi au samedi de 11 à 20 hr).

Sachez encore qu’au stade actuel la start-up ne prévoit pas l’ouverture de concessions. Dans un premier temps, les voitures ne seront disponibles à la livraison qu’en Allemagne, soit directement à l’usine (il semblerait qu’à cette occasion vous pourrez la visiter), soit dans un réseau de partenaires allemands actuellement en constitution. A l’heure actuelle, rien n’est dit sur la possibilité de livrer les e.Go Life dans d’autres pays. Si la petite citadine connait le succès qu’on lui souhaite, je ne serais toutefois pas étonné que des importateurs astucieux se chargent bientôt de la commercialiser dans d’autres pays.

Fiche technique

MODÈLE e.GO Life 20 e.GO Life 40 e.GO Life 60
Capacité batterie (lithium) 14,9 kWh 17,9 kWh 23,9 kWh
Autonomie NEDC 121 km 142 km 184 km
Temps de charge sur prise domestique 5,4 h 7,3 h 9,8 h
Temps de charge sur prise type 2 (3,6 kW) 3,8 h 4,5 h 6,9 h
Puissance moteur (continue / crête) 20/20 kW 24/40 kW 32/60 kW
Vitesse max 116 km / h 130 km / h 152 km / h
0-50 km / h 7.7 sec. 4,7 sec. 3,4 sec.
Consommation /100 km (NEDC) 11,9 kWh 12,1 kWh 12,5 kWh
Longueur 3348 mm 3348 mm 3348 mm
Largeur 1700 mm 1700 mm 1700 mm
Hauteur 1567 mm 1567 mm 1567 mm
Empattement 2200 mm 2200 mm 2200 mm
Prix avec batteries 15.900 € 17.400 € 19.900 €

 

 

E.Go Life : premières impressions au volant de la citadine électrique allemande
3.9 (78.95%) 19 votes