E-Flex, c’est la désignation de cette structure que le Californien promet aux autres constructeurs afin de développer plus rapidement des engins à batterie de traction les plus divers, depuis des utilitaires légers autonomes jusqu’aux supercars à haute performance, en passant par les plus classiques voitures particulières.

Karma Automotive évalue jusqu’à un milliard de dollars l’investissement nécessaire pour créer une plateforme dédiée à la réalisation d’un nouveau véhicule électrique. Une enveloppe qui englobe les coûts requis pour développer, tester, certifier et construire une telle base. Cette lourdeur financière se traduit régulièrement par l’abandon de projets pourtant prometteurs.

C’est ce que le constructeur de la Revero souhaite éviter en proposant sa nouvelle structure capable d’être exploitée en 22 configurations pour accueillir différentes présentations de batteries et formes de motorisations, y compris celles incluant un prolongateur d’autonomie.

« La plateforme polyvalente E-Flex de Karma permettra aux constructeurs automobiles d’entrer plus rapidement sur le marché des véhicules électriques avec un coût de développement considérablement réduit », assure son service de communication.

Publicité


Pour l’entreprise américaine, il s’agit de démontrer ses capacités à développer tous azimuts des composants fiables et judicieux afin d’aider la mobilité électrique à progresser. Karma Automotive souhaite être reconnu pour ses technologies qui impactent positivement l’autonomie, les logiciels de gestion, les équipements, l’intelligence artificielle et autres solutions avancées de transport. La nouvelle plateforme devrait le lui permettre.

Karma Automotive précisera plus tard dans l’année 2020 les contours de son offre aux autres constructeurs.

Publicité