Le groupe E. Leclerc souhaite que les CEE (certificats d'économie d'énergie) puissent être utilisés pour ses bornes de recharge, ce qui lui permettrait de les multiplier.

Les CEE portent sur l’achat d’équipements générant des gains d’énergie. E. Leclerc fait partie des grands groupes français tenus de s’acquitter d’un quota d’achats de CEE, et pas des moindres : sur la période 2011-2013, l’obligation d’achat pour E. Leclerc est de 300 millions d’euros.

Faire intégrer les bornes de recharge pour voitures électriques aux CEE représenterait ainsi un avantage non négligeable pour le groupe, mais aussi pour le développement de l’automobile électrique puisque E. Leclerc multiplierait ses infrastructures de recharge.

Suite à une demande de l’Avem, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) est en ce moment en train de mener une étude pour déterminer si les gains d’énergie générés par la voiture électrique sont suffisants par rapport à la voiture thermique. Le possible obstacle serait les quantités d’énergie très importantes utilisées pour la fabrication des voitures et le recyclage des batteries.

Publicité


Publicité