diesel

La Ministre de l’écologie, Ségolène Royal, a annoncé son intention de réduire les avantages fiscaux liés aux véhicules diesel pour les professionnels.

Alors que le diesel est aujourd’hui largement privilégié par les professionnels, la Ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal souhaite inverser la tendance en s’attaquant à l’épineuse question de la TVA déductible. Fin 2015, le sujet avait déjà été évoqué dans le cadre du projet de loi de finances 2016 avant d’être retoqué par l’Assemblée Nationale. Aujourd’hui, la Ministre remet la question à l’ordre du jour en annonçant que la proposition figurera dans la prochaine Loi de finances, soit une éventuelle mise en application pour 2017.

Vers la fin des privilèges

Pour Ségolène Royal, il s’agit de mettre fin aux avantages du gasoil pour les professionnels, qui bénéficient actuellement d’une récupération de TVA à 80 % en cas d’acquisition d’un utilitaire ou d’un véhicule de société fonctionnant au diesel contre 0 % pour l’essence.

« Aujourd’hui, les entreprises ont encore intérêt à acheter des véhicules diesel parce qu’elles bénéficient d’un allégement de TVA, ce qui n’est plus justifiable », a précisé la Ministre, indiquant vouloir résorber cet écart sur trois ans, ce qui laisse entendre que différents paliers pourraient être mis en place pour équilibrer progressivement le taux de récupération de TVA entre essence et diesel.

Publicité


Une décision qui devrait accélérer la transition, déjà en marche, des professionnels. Si la plupart d’entre eux ne juraient que par le diesel il y a encore quelques années, l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise relève une nette amélioration des véhicules essence, ceux-ci s’accaparant 11 % des ventes de véhicules de société depuis le début de l’année.

Un nouvel avantage pour le véhicule électrique

S’il faudra attendre encore quelques semaines et la présentation du projet de loi de finances pour 2017 pour connaitre avec précision les intentions du gouvernement, le principe d’une réduction de déduction de TVA aux véhicules diesel ne pourra que booster le marché du véhicule électrique chez les pros, à condition que les utilitaires et voitures électriques continuent à bénéficier d’une réduction de TVA à 100 %.

Publicité