Audi e-tron Concept Shanghai 2021 teaser

Audi teste une nouvelle technologie pour recycler les plastiques de l’industrie automobile. Celle-ci s’effectue via un système de pyrolyse, que le constructeur allemand veut désormais industrialiser.

Le plastique est un enjeu important dans l’industrie automobile, en particulier sur le secteur des voitures électriques. En effet, c’est la matière qui compose de nombreuses pièces d’une voiture, et elle s’avère particulièrement polluante.

C’est pour cela notamment que des constructeurs travaillent à l’utilisation de plastiques recyclés pour leurs intérieurs. Fisker a doublé l’intérêt de ce processus sur son SUV électrique Ocean, en recyclant du plastique ramassé dans les océans.

De son côté, Audi souhaite utiliser du plastique recyclé pour créer des pièces plus complexes. Les réservoirs de carburant, couvercles d’airbags ou grilles de radiateurs ont en effet un cahier des charges de sécurité bien plus poussé. Mais Audi assure avoir trouvé un protocole de recyclage par pyrolyse qui remplit entièrement ces critères. L’objectif est de les décomposer chimiquement via la pyrolyse pour obtenir une matière liquide. Ensuite, cette matière passe par une étape de purification et le liquide en résultant servira à produire d’autres plastiques. Le résultat est plus satisfaisant en termes de sécurité, mais aussi pour l’environnement et sur l’aspect financier.



« Une première évaluation montre que le recyclage chimique peut être supérieur à la valorisation énergétique d’un point de vue financier et environnemental, qui est la voie de valorisation actuelle des déchets plastiques automobiles que nous avons analysés », a déclaré Rebekka Volk. C’est elle qui dirige la recherche à l’institut technologique de Karlsruhe, qui a travaillé avec Audi sur ce projet. « Une première comparaison montre que les coûts du recyclage chimique sont comparables à ceux de la valorisation énergétique », a-t-elle indiqué.