Le hasard ou une volonté de programmation des organisateurs a voulu que soient réunies à la rencontre XMobility (Le Mans, 8 octobre 2019) 2 visions similaires de la mobilité qui s’appuient sur une cellule habitable qu’il est possible de transporter de différentes façons.

Airbus Pop.Up Next

Pour représenter Pop.Up Next, à quelques pas du circuit des 24 Heures du Mans, non pas un dirigeant d’Airbus, son constructeur, mais Jörg Astalosch, PDG d’Italdesign, l’entreprise italienne créée en 1968 et à laquelle nous devons le style de l’engin et de sa panoplie.

Publicité


Lors de sa présentation à Genève, en 2017, le Pop.Up Next était identifié par les 2 partenaires comme « un système de véhicule concept terrestre et aérien modulaire d’avant-garde pour le transport de personnes ».

Pour faire simple : une voiture-drone autonome électrique connectée qui permet de s’affranchir des embouteillages.

Capsule

Une capsule sert d’habitacle à 2 passagers. Posée sur une plateforme à 4 roues, elle forme avec elle une voiture. Tirée dans les airs par une structure à 4 grosses hélices qui l’agrippent par le toit, elle devient un drone habitable ou e-VTOL (aéronef électrique à décollage et atterrissage verticaux).

L’idée de base des concepteurs était de proposer un engin partagé urbain disponible 24/7 et capable de gérer de façon autonome les trajets en fonction d’un certain nombre de paramètres parmi lesquels les préférences des occupants, le trafic dans les rues et les horaires.

Exemple d’application : Un homme d’affaire revient d’un déplacement professionnel ; depuis l’avion qui s’approche de l’aéroport, il commande un Pop.Up Next qui le ramènera au plus vite à son bureau.

 

De la voiture particulière au smartphone

Jörg Astalosch est persuadé de l’avenir du concept Pop.Up Next qui se décline désormais en une version pour le transport de marchandises, moins médiatisée à ce jour.

Pour justifier son point de vue, il a croisé au Mans la semaine dernière quelques chiffres. Quand on interroge la population sur ce qui leur paraît essentiel comme équipement, la voiture particulière l’emporte très largement sur le téléphone en général (smartphone compris) : 80-20%.

Publicité


Les plus de 60 ans sont même attachés à 86% à l’automobile. Mais plus on descend dans la pyramide des âges, et plus la téléphonie gagne du terrain. Les 18-39 ans la mettent déjà en avant à 35%. Un phénomène qui s’amplifie avec les années.

La combinaison d’un avion et d’une voiture

L’idée d’une voiture volante n’est pas nouvelle. Jörg Astalosch a d’ailleurs rappelé les propres mots d’Henri Ford en 1940 : « Un avion et une voiture combinés arrivent. Vous pouvez sourire, mais ça viendra ! ».

Le PDG d’Italdesign chiffre à plus de 150 les projets de taxis aériens, citant Uber, Daimler, Airbus et les chinois Geely et Ehang.

Selon un nouveau sondage exploité par Jörg Astalosch, si seulement 28% des plus de 66 ans s’intéresseraient au concept d’un service partagé de transport bimodal terrestre-aérien, les 16-25 ans l’espèrent à 67%.

Le marché pour l’écosystème dédié pèserait à horizon 2035 quelque 19 milliards d’euros. A la direction d’Italdesign, on s’attend à ce que la technologie au complet soit prête dès 2023.

 

Dernière minute

En novembre dernier, Airbus annonçait l’entrée d’Audi dans le projet Pop.Up Next. Le constructeur allemand imaginait un service premium pour des personnes n’ayant pas forcément un permis de conduire. Une maquette réalisée pour l’occasion était d’ailleurs exposée au Mans le 8 octobre dernier (voir nos photos).

En coopération avec Voom, une filiale d’Airbus, Audi a souhaité tester en Amérique du Sud un service de taxi multimodal air-rue composé de 2 véhicules : une voiture-taxi et un hélicoptère. Ceci, afin d’identifier les besoins potentiels d’une telle offre.

Le constructeur vient tout juste d’abandonner ce projet, justifiant sa décision par la complexité du programme et l’absence de demandes actuellement pour un service de voiture-drone autonome.

Quid du rôle d’Italdesign désormais, l’entreprise étant directement liée à Audi ?

Siemens One4All

On ne peut contester des similitudes entre les projets Airbus Pop.Up Next et Siemens One4All (souvent orthographié « One for All »).

La principale, une cellule habitable qui s’adapte à différents modes de transport. Le concept de la multinationale d’origine allemande peut tout aussi bien se déplacer sur les routes et dans les airs.

Mais il va beaucoup plus loin, et, surtout, ne vise pas essentiellement les service de véhicules partagés, s’intéressant aussi au lien affectif qui existe souvent entre une voiture particulière et les membres du foyer qui l’utilisent et en sont propriétaires.

Au Mans, avaient fait le déplacement pour expliquer la philosophie du Pod One4All : Jürgen Schlaht, vice-président Innovation Management pour Siemens, et Daniel Huber, directeur de Moodley Industrial Design GmbH, l’agence en charge du design de la solution allemande de mobilité.

 

L’intermodalité ne fonctionne pas bien

Du côté de Siemens, on aime aussi les chiffres. « 64% des personnes préfèrent se déplacer en voitures individuelles », assure Daniel Huber. Il poursuit : « Les besoins en mobilité concernent le travail pour 26% et les loisirs pour 32% ».

Pour lui, si « l’intermodalité ne fonctionne pas bien, c’est parce qu’il n’y a pas de compatibilité entre les différents modes de transport ». Trains, voitures particulières et autres véhicules font l’objet de constantes innovations, parfois depuis plus de 100 ans, mais de façon très cloisonnée.

Si la modalité du futur semble privilégier l’utilisation des véhicules à la possession, chez Siemens, il est envisagé des cellules multi-usages à haut degré de compatibilité avec la possibilité d’en acquérir pour des besoins individuels ou familiaux de transport.

Petites et très longues distances

Au moyen de documents projetés sur écran, Jürgen Schlaht a présenté dans le cadre de la rencontre XMobility le concept One4All qui sait s’évader bien au-delà des villes congestionnées. « Depuis l’urbain jusqu’à la très longue distance », souligne le dirigeant de Siemens.

Sur le support vidéo, le train à très haute vitesse Hyperloop est même représenté. A noter qu’Airbus avait déjà associé à son Pop.Up Next la solution ultrarapide de transport imaginée par Elon Musk.

La forme de caisson amélioré du concept One4All permet d’envisager un nombre impressionnant d’exploitations, individuellement ou en combinaison de cellules.

En ville, ces dernières pourraient transiter en voiture, téléphérique, métro, drone, etc. Pour de longues distances, elles intégreraient aussi bien un train, un avion, un autocar, un camion (transport de marchandises), et même devenir cabine de bateau de croisière.

 

Cellule personnelle ou publique

Une cellule personnelle pourrait être aménagée et personnalisée comme son propre salon, composé de fauteuils, d’un convertible, d’une table, et de tout le nécessaire audio et vidéo pour bien passer le temps. Une pièce de vie, en quelque sorte. A partir d’elle, il serait possible d’envisager des scénarios de déplacements multimodaux à l’infini.

Pour exemple : Une plateforme en ferait une voiture autonome qui rejoindrait un autocar formé de plusieurs de ces caissons. Déposés à l’aéroport le plus proche, ils s’aligneraient à nouveau pour devenir le fuselage d’un avion. A destination, nouvelle transformation en voiture, puis ascension sous forme d’un téléphérique vers les hauteurs d’une mégapole.

Quatre tailles de cellules existeraient : simple (capable de transporter un couple), double, triple ou quadruple. Toutes pourraient être adaptées à une configuration de transport en commun avec des places assises pour tous les voyageurs.

Publicité