Japon

Photo : REUTERS/Kim Kyung-Hoon

Les événements au Japon nous touchent tous de près ou de loin. Ils posent au monde entier la question du développement de l’énergie nucléaire…

Je sais qu’en m’attaquant à ce thème du nucléaire, je m’expose à un flot de commentaires, d’avis contraires, de polémiques. Pourtant, ce qui se passe au Japon ne me laisse pas indifférent, et cela fait plusieurs jours qu’écrire un article sur le sujet me démange…

Pourquoi parler de nucléaire sur un blog dédié à l’automobile propre ? Eh bien tout simplement car je suis convaincu que la voiture électrique constitue un axe de progrès pour l’environnement, même si elle est appelée « voiture nucléaire » par ses détracteurs.



Il est évident que la voiture électrique pose la question de la source d’énergie qui l’alimente, et que le mieux est encore de ne pas s’en servir. Mais un monde sans voiture n’est pas réaliste. Tout comme le fait de sortir totalement du nucléaire à court terme n’est pas envisageable.

Pourtant, ce qui m’exaspère, c’est de ne pas essayer. De ne pas avancer, de ne pas progresser. Cette catastrophe japonaise projette devant le monde entier, comme si cela devait encore être nécessaire, les dangers inhérents au nucléaire. Mes yeux d’entrepreneur, d’optimiste, d’amoureux de la nature y voient une opportunité de changement.

Alors qu’est-ce qu’on fait ? Comment on sort du nucléaire ? Quelles solutions est-ce que je propose ? Je vais être franc : je n’ai pas de solution miracle, et personne n’en a. Je n’ai pas l’expertise, ni les compétences nécessaires pour répondre à cette question.

Par contre, je suis convaincu d’une chose : vouloir, c’est pouvoir. Je crois qu’il est grand temps de fixer un cap, un objectif : celui de faire évoluer notre production d’électricité vers les énergies renouvelables. Même si cela coûte à la France au niveau économique, puisque nous sommes les champions du nucléaire, et que les intérêts économiques en jeu sont énormes.

Et si on prenait le pari de devenir les champions de la production d’électricité d’origine renouvelables ? Et si nous devenions le premier pays à déployer la voiture électrique et à l’utiliser pour réguler intelligemment la production d’électricité par le biais des smartgrids ? Et si l’on prenait ce pari d’avenir, plutôt que s’attacher à cette énergie du passé, qui embarrassera (le mot est faible) l’avenir de nos enfants ?

Loin de moi l’idée de vouloir faire de la politique, ça n’est pas ma tasse de thé. Simplement, j’ai la conviction que la diminution des risques de l’électricité nucléaire, et ses conséquences pour la nature et l’homme, passe par une prise de conscience, une volonté et un passage à l’acte.

Cette volonté doit faire partie d’une vision qui guide les pays et nos politiques. Elle doit fédérer la créativité et mettre en ébullition les cerveaux de nos startups, nos universités, nos entrepreneurs. Elle doit être aidée par des intérêts économiques alimentés au départ par les Etats. Elle doit stimuler les hommes à faire ce qu’ils savent probablement faire de mieux : trouver des solutions.

Alors prenons nos responsabilités, et agissons, chacun à notre niveau.

En ce qui me concerne, je vais commencer par deux choses très concrètes : changer mon abonnement d’électricité pour du 100% renouvelable, geste que je veux faire depuis quelques semaines, et trouver un moyen pour fédérer et mettre en valeur les utilisateurs de véhicules électriques qui font le même choix. Pour que la voiture électrique soit réellement un signe de voiture propre et respectueuse de l’environnement et des hommes.



Cela peut paraître dérisoire, un peu naïf même, et ressembler une cause perdue. Mais ce qui se passe au Japon m’impacte, et je ne veux pas rester sans agir.

Et vous, qu’allez vous faire concrètement après cette catastrophe ?