Cette nouvelle architecture chez Nissan prend place dans une Leaf e+. Le temps sans doute d’effectuer les tests de validation avant implantation dans le futur SUV 4×4 Ariya dont nous ne connaissons pas encore le programme de commercialisation.

Motorisation

Le groupe motopropulseur de cette Nissan Leaf e+ d’essai est composé de 2 moteurs électriques haute puissance, respectivement placés à l’avant et à l’arrière du véhicule.



De concert, ils développent une puissance maximale de 227 kW pour un couple de 680 Nm. Des chiffres à comparer, par exemple, à la Tesla Model 3 Long Range à motricité intégrale : 258 kW de puissance, 527 Nm de couple.

Sous l’apparence d’une Leaf sont embaquées les nouvelles technologies que le constructeur japonais réserve à sa prochaine génération de véhicules électriques. Cette dernière devrait comprendre une version commercialisable du concept Ariya qui vient d’être présenté à Tokyo.

Contrôle du châssis

Pour Nissan, l’emploi de 2 moteurs ne se limite pas à doter ses futures voitures électriques de la motricité intégrale. Associée à divers dispositifs de contrôle du comportement du châssis, cette motorisation apportera un surplus de confort et de sécurité.

Pour faire court, les mouvements de caisse dans les virages, sur chaussées déformées et lors des freinages seront gommés. Concrètement, en partie grâce à la décélération régénérative disponible sur les 4 roues, les passagers d’une voiture ainsi équipée seront peu ou pas projetés vers le pare-brise lors des phases de ralentissement.

En virage serré, même sur route mouillée ou enneigée, le conducteur arrivera mieux à contrôler la trajectoire, le véhicule virant potentiellement plus près de la corde, sans mouvements exagérés de la caisse.

Confort et performances

Vice-président directeur de la recherche et de l’ingénierie avancée chez Nissan, Takao Asami assure que l’architecture à l’œuvre dans la Leaf e+ d’essai va permettre « de réaliser un saut considérable en termes d’accélération, de performances en virage et de performances de freinage, à égalité avec les dernières voitures de sport ».

Grâce à un pilotage fin des 2 moteurs, qui distribue de façon différenciée le couple et la force de freinage aux 4 roues, le véhicule se fait à la fois plus réactif et plus doux. Ce nouveau comportement du châssis est de nature à réduire le risque de mal des transports et le sentiment d’inconfort associé.



Ecran de 12,3 pouces

Cette Leaf d’essai, revêtue pour les circonstances d’une robe plus sportive, embarque un système de contrôle visuel du comportement du véhicule dont les données calculées en temps réel s’affichent sur un écran 12,3 pouces. Monté au centre du tableau de bord, il communique ses informations via une interface graphique épurée.

Un affichage personnalisé permet au conducteur de comprendre les mouvements imprimés au véhicule et d’évaluer les performances de la technologie de commande intégrale Nissan.