La BMW i3

C’est en compagnie de l’équipe d’Automobile Propre, mobilisée pour l’occasion, que j’ai découvert cette 81ème édition du salon de l’automobile de Paris. Voici ce que j’en retiens…

Plutôt que de vous parler des nouveautés présentes, qui inondent la presse écrite depuis quelques semaines déjà, voici mes premières impressions à chaud sur cette 81ème édition.

Publicité


Premier constat qui m’a vraiment frappé : l’automobile n’est définitivement plus quelque chose qui fait rêver les jeunes ! La 1ère journée réservée à la presse n’est certes pas très représentative des visiteurs qui viendront arpenter les allées du salon durant les 15 prochains jours mais tout de même. Je ne me risquerai pas à donner la moyenne d’âge des visiteurs présents tout au long de cette première journée presse, mais assurément, elle était très au-delà de la moyenne d’âge des actifs en France. Chacun y apportera son propre argumentaire. Je crois personnellement que cela reflète tout simplement le désintérêt des jeunes pour « l’automobile plaisir ».

Deuxième constat : le centre de gravité planétaire de l’automobile poursuit inéluctablement sa route à l’Est. Les représentants de la presse chinoise (et plus largement les représentants de la profession automobile chinoise…) étaient présents en nombre sur ce salon, appareils photos et blocs notes à la main. Pas question de laisser filer le moindre détail. Stupéfiant !?

Du coté des constructeurs, pas toujours facile d’y voir clair selon les marques. La tendance générale est évidemment à la sobriété. Faute de produits dans l’ère du temps (?), les marques de Prestige – Porsche, Ferrari, Bentley, Rolls-Royce – ne semblent plus avoir le monopole de l’attractivité, du moins vis-à-vis de la presse.

Chez les constructeurs allemands, venus en nombre comme toujours, c’est un peu le grand écart. Entre d’un coté les marques du groupe VAG qui semblent continuer à afficher de grandes ambitions dans le « tout pétrole » (???) et de l’autre, BMW et Mercedes qui font la part belle à l’électrique (sous forme de concept car uniquement pour le moment), on sent bien que le monde est en train de bouger.

BMW i8

Une chose qui m’a personnellement frappée : la place réservée aux petites cylindrées chez BMW ! Pour un constructeur ayant bâti l’essentiel de sa réputation sur l’excellence de ses « 6 en ligne », j’avoue avoir été une nouvelle fois séduit par la stratégie de la marque à l’hélice pour se doter d’une nouvelle image de leader en mobilité responsable. Une stratégie de toute évidence porteuse si l’on en juge l’attractivité des futurs modèles « i3 » et « i8 », encore présentés sous la forme de concept histoire de laisser aux mentalités le temps de s’y préparer.

Publicité


À ce sujet, un des ingénieurs BMW présents sur le stand m’a confirmé que la citadine « i3 » sera en principe disponible avec l’option prolongateur d’autonomie dès son lancement, fin 2013 ! Les paris sont ouverts quant à savoir les caractéristiques techniques de ce prolongateur d’autonomie. On peut par exemple parier sur un monocylindre de 500cc, issu du futur 3 cylindres qui prendra place d’ici quelques mois sous le capot de la série 1. Pourquoi pas ?!

Chez les constructeurs français enfin, là aussi c’est le grand écart entre d’un coté de stand Renault qui se résume à une juxtaposition de Clio 4 1.5 dCi90 et 1.2 TCe90 et la très attendue ZOE, présentes également en plusieurs exemplaires, histoire de rassurer le visiteur sur le fait que la production a bel et bien démarrée (…). Concernant ZOE, un détail qui m’a vraiment déçu : la banalité de la monte pneumatique ! Pour une toute électrique limitée à 135 km/h, on était en droit d’attendre quelque chose d’un peu plus efficient que des Michelin Primacy 205/55/16 ! Espérons que cette monte pneumatique ne figurera que sur les pré-séries assemblées spécialement pour le mondial (?).

Renault ZOE au Mondial de l'automobile

Dernier point : n’allez surtout pas au salon de l’auto pour poser des questions techniques aux représentants des marques présents sur les stands. Auquel cas, vous ferez très certainement la triste expérience de répondre vous-même aux questions posées. Qu’il semble loin le temps où l’automobile rassemblait un public de passionnés de technologie et de mécanique à piston…

Publicité