Au dernier salon de Francfort en septembre dernier nous avons pu assister à une véritable profession de foi écologique de tous les constructeurs automobiles. Sur l’autoroute de la « green attitude », le salon de Los-Angeles va encore plus loin. En effet, la voiture de demain ne devra plus être « verte », durable ou renouvelable mais PROPRE.

Ce salon est l’un des meilleurs salons automobiles à travers le monde. On y retrouve toutes les dernières nouveautés avec plus de 900 véhicules. Des concepts cars écologiques aux nouveaux véhicules verts qui entrent sur le marché, le choix de la technologie est vaste : hybride diesel, électrique, pile à combustible hydrogène, éthanol…



Les nouvelles générations de véhicules seront plus légers, moins polluants et donc plus propres. C’est au travers d’innovations technologiques tant sur la mise en œuvre de nouvelles matières que sur les technologies utilisées pour la travailler que les constructeurs espèrent, au travers de leurs équipementiers, réduire considérablement le poids de la voiture de demain. Par exemple les constructeurs annoncent être en mesure de réduire de 60 Kg le poids des véhicules d’ici à 2020. Ceci contribue bien entendu à la réduction de la consommation des moteurs et à la réduction des émissions de CO2 dans l’atmosphère.

La technologie vient aussi au secours de la partie thermique qui semble pouvoir encore bien être optimisée pour réduire ses émissions de CO2. Par exemple les rendements des moteurs thermiques peuvent encore être largement améliorés. Il y a aussi des astuces comme la récupération thermique à l’échappement pour chauffer plus rapidement l’habitacle et pour réduire la consommation des véhicules hybrides.

Voici maintenant mon coup de cœur de ce salon : la Chevrolet Volt.

La Chevrolet Volt de série est la première voiture à utiliser l’énergie électrique comme propulsion principale, grâce à sa batterie lithium-ion de 16 kWh disposée en « T ». Complètement chargée, la Chevrolet Volt de série a une autonomie de 60 km sans consommation d’essence et donc sans émissions. Au-delà, un moteur auxiliaire, alimenté à l’essence ou au Super éthanol E-85, fournit de l’électricité pour charger la batterie. La Volt de série peut se brancher sur une prise de courant standard pour se charger en moins de 3 heures.