Peugeot e-208La Peugeot e-208 est une excellente citadine électrique. Mais peut-elle se plier à l’exercice du voyage sur autoroute ? Réponses complètes avec ce second volet du Supertest.

Petite, légère et essayée sous des températures optimales, la Peugeot e-208 a décroché de bons scores en matière de consommation. Meilleure performance ? Une moyenne de 11,1 kWh/100 km sur notre parcours routier favorable. Mais l’écart est important sur autoroute et l’autonomie fond vite. Si elle n’est pas si élevée dans l’absolu, elle pèse lourd sur sa batterie de seulement 46 kWh. On se retrouve alors avec une moyenne de 20,8 kWh/100 km sur notre long trajet autoroutier de 500 km. Ce qui porte l’autonomie à 221 km, ou 155 km utiles entre 80 et 10 % de charge. Mais heureusement, les performances de recharge ne sont pas vraiment en bas du tableau.

Courbe de recharge de la Peugeot e-208 : un plein utile en 27 minutes

La Peugeot e-208 affiche une puissance maximale de recharge de 100 kW et promet 30 minutes pour récupérer 80 % d’autonomie. Une valeur assez proche de la réalité puisque nous avons chronométré le 10-80 % en 27 minutes très exactement.

Un bon chrono notamment permis par sa courbe de recharge plutôt bien maîtrisée. Dès le départ, la citadine va chercher son pic de charge maximal, qu’elle tient jusqu’à 35 % de charge. C’est là qu’elle descend d’une première marche pour aller se stabiliser à peine sous les 80 kW de puissance. Le second plateau est plus court, puisqu’il tombe juste après 60 %, pour aller chercher une puissance de 56 kW à 80 % de charge. À ce stade, cela représente 44 % de moins par rapport à la puissance maximale annoncée et observée.

À lire aussi Essai – MG 5 Autonomie Étendue : les temps de recharge et de voyage de notre Supertest

Mais le bilan est moins flatteur ensuite, car, dès 81 ou 82 % (selon les bornes), la puissance chute brutalement et il ne reste que plus que 27 kW jusqu’à 90 % de charge. Au-delà de 80 %, il faut donc compter 10 minutes de plus pour atteindre les 90 %. Cela correspond à la moyenne qu’on observe avec la majorité des autres électriques (en termes de pourcentage), mais cela a autrement d’importance avec la e-208, puisque ces 10 % de plus (22 km) pourraient être bien utiles selon les étapes. La fin de charge est en revanche inutile parce qu’il faut patienter 26 minutes pour passer de 90 à 100 %. Au final, la recharge totale (10-100 %) immobilise la voiture durant 63 minutes.

Courbe de recharge type
10 à 80 %  80 à 100 %  10 à 100 %
Temps de recharge (en min) 27 36 63
Autonomie gagnée (en km) 155 44 199

Autonomie récupérée : 161 km en 30 minutes

Avec une puissance de recharge en pic somme toute correcte pour la catégorie et une courbe bien maintenue, l’exercice de la recharge ne se montre pas désespérément long. Du moins si l’on se réfère à la jauge (en % sur les bornes, en km au tableau de bord). Car avec une autonomie si mesurée, les gains sont faibles : il faut 15 minutes pour récupérer 99 km d’autonomie moyenne selon nos mesures.

Mais s’il faut être vigilant de manière générale avec les autonomies estimées des voitures électriques, il faut l’être d’autant plus avec celle de la e-208, qui est toujours trop optimiste d’une dizaine de kilomètres par rapport à la consommation du moment, mais aussi inexacte lors de la recharge. Entre 10 à 50 %, la voiture gagne 12 km d’autonomie annoncée tous les 10 % en moyenne. Ensuite, l’incrémentation passe à 20 km tous les 10 %, pour finalement se caler à 364 km d’autonomie (la valeur WLTP) au moment de redémarrer avec la batterie chargée à fond, même sur autoroute.

Autonomie récupérée
Temps de recharge (en min) 15 30 45 60
Autonomie gagnée (en km) 99 161 183 197

Coût des recharges de la Peugeot e-208

Sur les neuf passages en bornes rapides que nous avons effectués sur l’ensemble de ce Supertest, nous avons observé une moyenne de 49,37 kWh comptabilisés par les bornes pour un plein complet. Voilà qui suffit à faire le calcul selon la grille tarifaire de l’opérateur. Chez Ionity, il faudra compter sur un plein à 34,05 €. Electra, qui demeure l’opérateur le plus intéressant financièrement, fait tomber la note à 21,70 €. Le plein utile oscillerait alors de 23,85 € à 15,20 € respectivement.

Sur notre parcours étalon de 500 km, nous avons effectué trois recharges (une Fastned et deux Ionity), pour un montant total de 52,33 € hors frais d’opérateur. Le coût d’utilisation kilométrique dépend comme toujours de la solution choisie à la fin pour retrouver le SoC de départ. Dans le cas d’une recharge à domicile en fin de parcours pour retrouver la charge de départ, le coût total du trajet passerait à près de 11,50 €/100 km.

Temps de trajet pour 500 km : 5 h 32

La Peugeot e-208 est dépourvue de planificateur d’itinéraire. Voire de toute compétence en matière de mobilité électrique : elle est incapable d’alerter le conducteur en cas d’autonomie insuffisante pour rejoindre la destination sélectionnée. À ce titre, elle ne fait pas mieux que les voitures chinoises que nous avons pu essayer dans la rubrique, à l’image des MG et Aiways. Dommage, pour voyager sereinement, il faudra passer par des applications tierces. Ou se gratter furieusement la tête pour estimer les étapes.

De notre côté, nous commençons à disposer d’une copieuse base de données qui nous permet d’anticiper les parcours et d’optimiser au mieux les trajets. Selon nos calculs, atteindre la station Electra de Beaune serait dans les cordes de la citadine, en arrivant avec des poussières d’électrons. Mais la stratégie semble risquée, d’autant qu’elle ne permettrait pas de gagner énormément de temps.

À lire aussi Essai – Tesla Model Y Performance : les temps de recharge et de voyage de notre Supertest

Au final, nous avons préféré effectuer trois arrêts, comme le prévoient aussi Chargemap et ABRP. Mais si les estimations des taux de charge en fin d’étape se montrent assez proches de la réalité avec ces applications, les temps de recharge sont particulièrement pessimistes. À noter que, en dehors des temps de parcours bien trop longs selon ABRP, cette application se montre la plus proche de la réalité avec les estimations des temps de recharge et des taux de charge.

Au final, au temps de trajet habituel (4 h 31 ici avec nos trois arrêts sur des aires), nous avons ajouté 1 h 1 de recharge. Cela porte le total à 5 h 32. C’est presque aussi vite qu’en Renault Megane e-Tech ou en Volkswagen ID.3, à peine plus grosses et vouées à un usage un peu plus polyvalent. Dès lors, la Peugeot e-208 ne se montre pas aussi catastrophique que son autonomie ridicule constatée pourrait le laisser penser. De quoi en faire une voyageuse ? Rien n’est moins sûr. Mais elle saura se plier à l’exercice, à condition d’être prévoyant et ne pas être vraiment pressé.

Le Supertest, c’est quoi ?

Amoureux des chiffres et allergiques aux fiches techniques officielles, le Supertest, nouveau format d’essai d’Automobile-Propre, est fait pour vous, rassemblant des données collectées lors d’un essai en conditions réelles et selon un protocole transparent et précis. Nous les ajouterons le mercredi suivant la publication du second volet consacré à la Peugeot e-208 à notre article récapitulatif permettant de confronter les valeurs relevées des modèles essayés, ce qui fera toute la valeur de la rubrique.

Si vous souhaitez aller plus loin, n’hésitez pas à consulter nos essais et à échanger avec la communauté sur notre forum de discussion.