La Nissan LEAF 2013 à la recherche des bornes de recharge

C’est à Oslo que Marc-André et moi avons eu l’occasion de prendre en main la nouvelle version de la Nissan LEAF, désormais fabriquée en Europe. Près de 100 améliorations sont au programme et en font un produit très abouti.

Nissan explique avoir pris en compte les retours que lui ont fait les clients de la Nissan LEAF pour améliorer sa voiture électrique, et en tant que conducteur d’une LEAF depuis un an et demi, je confirme que c’est bien le cas.

Moitié de LEAF

Si de l’extérieur, rien n’a changé ou presque, à l’intérieur beaucoup de choses ont été revues.

L’autonomie

La batterie de la LEAF

L’autonomie, l’un des points qui est le plus observé au niveau des voitures électriques, a progressé avec la LEAF 2013. Cela est dû à plusieurs modifications comme l’arrivée d’un nouveau groupe motopropulseur, quelques améliorations ergonomiques ou encore l’allégement de la voiture, qui a perdu une trentaine de kg.

La batterie, quand à elle, ne change pas, si ce n’est pas disposition des cellules qui rend leur fabrication un peu plus économique. Un nouveau chargeur 6,6 kW est disponible en option pour recharger en 4h sur une prise 32A.

Au final, avec tous ces changements, l’autonomie NEDC de la LEAF passe de 175 à 199 km ce qui correspond à une amélioration d’environ 10%.

Il y a un autre point qui améliore l’autonomie mais qui n’est pas pris en compte dans le cycle NEDC : le chauffage. Il utilise désormais une pompe à chaleur qui consomme 70% d’électricité en moins que sur la LEAF première génération. Il m’a semblé plus efficace lors de l’essai que nous avons fait à Oslo et ça c’est un très bon point !

L’ordinateur de bord a peu évolué mais le système de calcul de l’autonomie restant a changé. Il semble beaucoup plus juste que celui de ma LEAF qui affiche parfois 200 km d’autonomie restante lorsque la voiture est complètement chargée (c’est inatteignable, sauf en roulant à 30 km/h de moyenne).

Sensations de conduite

Au niveau de la conduite, je dois dire que je n’ai pas été dépaysé. Les sensations de conduite sont relativement similaires même si la LEAF 2013 semble avoir gagné un peu de couple, notamment à bas régime.

La conduite reste donc agréable, silencieuse, pêchue. Nissan a introduit un nouveau mode de conduite, appelé mode B (pour Brake, qui veut dire frein), qui augmente le frein moteur et la régénération au freinage. Ce mode n’est pas enclenché par défaut mais c’est pourtant celui que j’utiliserais au quotidien si je devais rouler en LEAF 2013. On notera que le mode B peut se cumuler avec le mode ECO (qui limite la puissance) pour rouler très sobrement.

modes

Le mode B s’enclenche en reculant deux fois le sélecteur de vitesse tandis que le mode ECO s’active désormais depuis le volant. Autre changement dans les commandes, le frein à main électronique disparaît au « profit » d’un frein à pied. Pour ma part, j’ai tendance à préférer le frein électronique, peut-être une question d’habitude.

La tenue de route semble bonne, même si nous avons eu l’occasion de faire patiner les roues de 17 pouces équipés de pneus hivers lors de certains démarrages sur sols mouillés. Difficile de juger réellement des capacité de la voiture dans ces conditions.

L’intérieur de la LEAF 2013

Le poste de conduite de la Nissan LEAF 2013

Vous l’avez vu dans mon dernier article, la LEAF est désormais proposée en 3 niveaux de finition. Celle que nous avons pu essayer est la version haut de gamme, appelée TEKNA. Elle introduit des sièges en cuir dans un intérieur noir. Nissan nous a d’ailleurs expliqué que l’intérieur noir était une demande très forte des clients européens.

L'intérieur de la Nissan LEAF

Si l’intérieur cuir est agréable et respire le haut de gamme, j’ai tendance à préférer l’intérieur clair de ma LEAF actuelle. Le jour où j’aurais des enfants, je changerai peut-être d’avis…

Au niveau de l’habitabilité, les sièges avant ont été revus pour proposer plus de place au niveau des jambes des passagers à l’arrière. Le coffre gagne en volume grâce à la disparition du chargeur qui est désormais placé sous le capot à l’avant de la voiture.

Coffre

Le kit BOSE (de série dans la version haut de gamme) vient prendre un peu de place dans le coffre pour une meilleure restitution sonore lorsque l’on écoute la musique (la voiture électrique restant l’un des meilleurs endroits pour cela). Pour être franc, je dois dire que je n’ai pas senti la différence avec le système qui équipe ma LEAF, mais je n’ai peut-être pas une oreille suffisamment mélomane. Rien de marquant en tout cas.

Le kit bose dans le coffre de la LEAF

L’un des éléments bluffant de la voiture est le système d’aide au stationnement Nissan Around View Monitor : il offre une vue à 360° autour de la voiture lors des manoeuvres grâce à 4 caméras intégrées. Au départ, c’est assez surprenant et au final le système se révèle très efficace !

Conclusion

La Nissan LEAF a bien progressé et reste, selon Marc-André et moi, l’une des voitures électriques les plus abouties du marché grand public. Les améliorations apportées sont pleines de bon sens et reflètent réellement les attentes des utilisateurs. La LEAF gagne en maturité !

Avec l’arrivée de la version d’entrée de gamme et de la location de batteries, la LEAF est désormais plus accessible que jamais. Je suis convaincu que ses ventes vont se renforcer dans les prochains mois car le rapport qualité-prix commence à devenir vraiment intéressant !

En savoir plus : Les tarifs & options de la LEAF 2013