Associé à la start-up Lyft, General Motors va expérimenter à grande échelle plusieurs milliers de Chevrolet Bolt autonomes à compter de 2018 pour accélérer sa compréhension de la technologie et conforter son avance sur les autres constructeurs.

Révélée par Reuters, l’information fait état de plusieurs milliers de véhicules expérimentés permettant à GM de prendre de l’avance sur ses concurrents, qui n’annoncent pas de telles expérimentations avant 2020. A titre de comparaison, l’expérimentation actuellement menée par Chrysler en collaboration avec Waymo, la filiale autonome de Google, ne porte que sur une soixantaine de véhicules, des Pacifica PHEV.



La plupart de ces véhicules seront expérimentés à San Francisco, berceau de la start-up Lyft dans laquelle GM a investi 500 millions de dollars début 2016. Concurrençant directement Uber, Lyft propose une application sur Smartphone permettant de réserver sa voiture. Seule différence : pas de chauffeur mais une voiture qui se débrouille seule pour venir vous récupérer et vous amener à destination.

A ce stade, GM a refusé de commenter l’information révélée par Reuters, se contenant de préciser dans un communiqué de presse ne pas vouloir donner de détails spécifiques quant à ses futurs produits et à ses projets. « Nous avons dit que notre technologie autonome apparaitra sur un système d’autopartage à la demande plus tôt que vous ne le pensez » s’est amusé à rappeler le constructeur, laissant peu de doutes quant à la véracité des informations communiquées par l’agence de presse.

En attendant, rappelons que GM expérimente déjà quelques Bolt autonomes mais à plus petite échelle puisque seuls une quarantaine de véhicules sont testés entre San Francisco et Scottsdale, en Arizona. D’autres tests sont également prévus en cours d’année à Détroit.

Dans le domaine de l’autopartage « classique », notons enfin que GM s’apprête à lancer une flotte de 100 Chevrolet Bolt au sein de Maven, sa filiale dédiée à l’autopartage.